Aquilino Morelle, conseiller de François Hollande, le 12 février 2014.
Aquilino Morelle, conseiller de François Hollande, le 12 février 2014. - WITT/SIPA

Cette page est actualisée en temps réel : cliquez ici pour mettre à jour.

Aquilino Morelle, ce conseiller de l'ombre du chef de l'Etat, est désormais en pleine lumière. Le portrait au vitriol, publié jeudi par Mediapart, fait des remous. Le site d'information affirme que l’ancien conseiller de Lionel Jospin à Matignon entre 1997 et 2002 «a travaillé en cachette pour des laboratoires pharmaceutiques, y compris à une époque où il était censé les contrôler, au mépris de la loi». Si l'intéressé, dément tout «conflit d’intérêts» sur sa page Facebook, les réactions politiquent pleuvent.

Ce vendredi matin, Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti Socialiste (PS), a dégainé le premier sur i>TELE expliquant ne pas voir comment Aquilino Morelle «peut rester» conseiller de François Hollande si les accusations de Mediapart sur un conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique sont vérifiés.


18h37

>> Ce live est désormais terminé. Merci de l'avoir suivi. Retrouvez la synthèse du jour ici.

17h37

17h35: Pour Hervé Morin, Hollande «ne sait pas s'entourer»

17h36

17h15: Hollande «a dégradé la fonction qu’il occupe» pour Eric Ciotti
Le député des Alpes-Maritimes a jugé sur France Info que l’affaire Morelle «traduit la faillite (...) morale de cette présidence de la République», alors que «le candidat Hollande avait prôné la République exemplaire». «Je mesure la détresse des électeurs qui ont voté pour M. Hollande, qui ont cru à ses promesses, j'allais dire: qui ont cru à ses bobards», a ajouté Eric Ciotti, qui juge que «derrière tout ça, c’est M.Hollande qui est en cause». «On voit qu'une fois de plus (il) a dégradé la fonction qu'il occupe, qu'il fait du mal à la France», a-t-il conclu.
 

16h37

16h30: Retour en vidéo sur l'affaire Morelle
 
 

15h29

15h28: «Il faut que la République irréprochable soit réelle», dit Karoutchi
Le sénateur Roger Karoutchi, vice-président de l’UMP, a indiqué sur BFMTV que «vu la pression depuis hier soir, c’était extrêmement difficile pour M .Morelle de rester». «Le vrai drame, a-t-il ajouté, c’est qu’on ne l’a pas entendu lui (…),il n’a pas réussi à faire passer un message pour se défendre». Après sa démission, «il aura peut-être plus l’occasion de le faire, c’est à lui de prouver que tout cela est faux. Mais il faut que la République irréprochable soit réelle».
 

15h07

15h05: François Hollande:«Aquilino Morelle a pris la seule décision qui s'imposait»
«Aquilino Morelle a pris la seule décision qui s'imposait. J'ai considéré qu'il ne pouvait y avoir de confusion. J'ai toujours posé un principe d'indépendance», a indiqué François Hollande depuis Clermont-Ferrand où il est en déplacement.
«Je ne suis pas juge de ce qu'il a fait avant»
«Ce qu'il a fait avant (d'être à l'Elysée), il a à en répondre, ça revient à lui et à lui seul, c'est ce qu'il a compris en présentant sa démission, que j'ai acceptée immédiatement».
«Aquillino Morelle a été un conseiller politique, un conseiller tout au long de ces deux dernières années. Je ne suis pas juge de ce qu'il a fait avant. Il a travaillé pour la présidence de la République pendant deux ans, et il a bien travaillé», a ajouté le chef de l'Etat.

15h03

15h03: François Hollande va s'exprimer, depuis Clermont-Ferrand

14h59

14h55: Le «ras-le-bol» de François de Rugy
François de Rugy, co-président du groupe écologiste à l’Assemblée, a indiqué sur iTélé que «les Français et les députés de la majorité en ont ras-le-bol de l’attitude des personnages qui nuisent considérablement à l’idée que l’on peut se faire de la fonction publique, de la politique et de la République»
14h35: «Ca commence à faire beaucoup», pour Florian Philippot
Le vice-président du FN a estimé sur iTélé que l'affaire Morelle, «ça commence à faire beaucoup», notamment après l'arrivée de Harlem Désir au gouvernement «pour mauvais services au PS». Pour le frontiste, cela démontre que «rien n'a changé» et que «le clan Sarkozy a déteint sur le clan Hollande».

13h59

14h: Manuel Valls a conseillé à Aquilino Morelle de démissionner
«Le Premier ministre a reçu en tête à tête ce matin à Matignon Aquilino Morelle. Il lui a conseillé de quitter l'Elysée afin de répondre librement aux questions de la presse» après les accusations de Mediapart, a indiqué à l’AFP l’entourage du Premier ministre.

13h46

13h42 : Le cireur de chaussures d'Aquilino Morelle ne pourra plus travailler pour lui

L'ex-conseiller de François Hollande a fait comprendre à son cireur de chaussures, David Ysebaert, qu'il ne travaillerait plus pour lui après avoir dévoilé des informations, raconte Le Point. «J'ai eu monsieur Morelle au téléphone, c'est parti en live. C'est là qu'il m'a dit : "Ca va mal se finir"», a-t-il précisé sur Europe 1.
«J'ai perdu un client. Pourriez-vous donner mes coordonnées pour que j'en trouve d'autres ?», a-t-il demandé à l'hebdomadaire, qui a accepté de les diffuser.

13h37

13h32 : «Il n'y avait pas d'autre solution», estime le porte-parole des députés socialistes

Réagissant à la démission d'Aquilino Morelle, Thierry Mandon a déclaré sur BFM TV qu'«il n'y avait pas d'autre solution possible». Pointant un «comportement qui n'est pas acceptable», le porte-parole des députés socialistes a ajouté qu'«une éthique de la pratique du pouvoir est indispensable».

13h21

13h19: La Haute autorité pour la transparence va enquêter sur Aquilino Morelle
Elle a désigné un rapporteur pour étudier les déclarations de patrimoine et d'intérêts de l'ex-conseiller du président, rapporte Le Monde. A la suite des accusations de Mediapart, la Haute autorité entame «une étude plus approfondie de ses déclarations d'intérêts et de patrimoine», remises en janvier dernier comme par tous les collaborateurs du président, a-t-on expliqué dans cette haute instance. La Haute Autorité, nouvelle autorité administrative indépendante, créée à la suite de l'affaire Cahuzac et présidée par l'ancien procureur général de la Cour de cassation Jean-Louis Nadal, doit examiner depuis le début de l'année les déclarations d'intérêts et de patrimoine de plusieurs milliers d'élus et hauts-fonctionnaires.

13h11

13h10: Marie-Noëlle Lienemann réclame «une totale étanchéité entre fonction publique et missions privées»
«Cette fois-ci, ça suffit», a tweeté la sénatrice socialiste, membre de l'aile gauche du PS.

12h33

12h32: Hollande pas perturbé par l'annonce de la démisison de son conseiller
Selon le journal La Montagne qui suit le Président lors de son déplacement à Clermont-Ferrand.

12h30

12h29: Morel maintient qu'il n'a «jamais été en situation de conflit d'intérêts» mais veut être «entièrement libre de répondre (aux) attaques»
«Je veux redire que je n'ai commis aucune faute. Je n'ai jamais été en situation de conflit d'intérêts», affirme Aquilino Morel qui souhaite toutefois «mettre fin à (ses) fonctions» de conseiller du président à l'Elysée pour «être entièrement libre de répondre (aux) attaques». Aquilino Morelle indique également avoir pris sa décision «pour ne pas gêner l'action du président de la République, du gouvernement et de la majorité, dans un moment particulièrement difficile de la vie du pays». «Je le fais, enfin, pour protéger ma famille», conclut-il.

12h21

12h20: Aquilino Morelle annonce sa démission de conseiller à l'Elysée

Selon les informations de l'AFP.

12h02

12h: «Il faut que les choses aillent vite», dit un responsable de la majorité
«Il faut que les choses aillent vite, ça ne peut pas devenir un feuilleton. Je n'imagine pas que le président laisse traîner ça très longtemps», a confié un important responsable de la majorité à l’AFP.

11h58

11h55: De «fortes présomptions d’un manquement à la déontologie» selon l’ex-patron de l’Igas
Interrogé sur Europe 1, l'ancien patron de l'Igas, André Nutte, a souligné: «autant un inspecteur général qui souhaite par exemple exercer une fonction d'enseignement, nous sommes d'accord, mais sur des questions comme ça [le travail avec des laboratoires pharmaceutiques] c'est beaucoup plus difficile, il y a quand même une notion de déontologie.» «Moi, je serais plutôt très réservé sur ce genre de chose, il y a de fortes présomptions pour qu'il y ait manquement à la déontologie», a-t-il poursuivi.

11h32

11h30: Le FN dénonce la «profonde arnaque socialiste» et demande la démission de Morelle
«En réalité, chaque jour qui passe démontre que rien n'a changé, que l'Etat et les charges publiques continuent d'être utilisés par le pouvoir comme un moyen de promotion personnel, d'entretien et de recyclage des amis. Les mauvaises habitudes du clan Sarkozy ont manifestement déteint sur le clan Hollande», écrit le parti de Marine Le Pen dans un communiqué. Le FN ajoute que «François Hollande doit se séparer rapidement de son conseiller Aquilino Morelle», rappelant que la «République exemplaire» était une promesse de campagne du candidat Hollande lors de l'élection présidentielle de 2012.

11h30

11h25: Montebourg ne veut pas commenter l'«affaire»
En déplacement à Clermont-Ferrand avec François Hollande, le ministre de l'Economie a esquivé une question sur le sujet Morelle. «Vous êtes des emmerdeurs!», a-t-il lancé, en souriant, aux journalistes.
 

11h23

11h20: L’Igas n’a pas de trace d’une autorisation délivrée à Morelle pour une activité avec des laboratoires
 «Le service n'a retrouvé dans les archives que les autorisations portant sur une activité (d’Aquilino Morelle) d'enseignement à l'université Paris I», a indiqué l'Igas à l'AFP, précisant que, plus généralement, «il n'y a pas eu de demande d'autorisation portant sur les activités d'expertise ou bien de consultation au bénéfice de l'industrie pharmaceutique dans les années récentes».
Aquilino Morelle, lui, avait assuré jeudi avoir obtenu un «avis favorable, sans aucune réserve» quand il entendait rejoindre en 2002 le cabinet de lobbying Euro RSCG pour y travailler pour le compte de plusieurs laboratoires pharmaceutiques.

11h13

11h10 : Aquilino Morelle à Matignon:

Selon les informations du Point, Aquilino Morelle aurait été convoqué à Matignon ce vendredi matin.


Mots-clés :