Fréjus, nouvelle ville FN: «Après le retrait du drapeau européen, que va faire David Rachline?»

TÉMOIGNAGES Deux habitants de Fréjus s’inquiètent des changements en cours depuis l’arrivée du maire FN David Rachline…

Christine Laemmel

— 

La mairie de Fréjus le 14 avril 2014

La mairie de Fréjus le 14 avril 2014 — Robert, internaute de «20 Minutes»

Comme 11 autres communes françaises, Fréjus, ville varoise de 50.000 habitants, est depuis le second tour des municipales aux mains d’un maire étiqueté Front national — David Rachline. Alors qu’à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Steeve Briois a expulsé la Ligue des droits de l’Homme de ses locaux, alors que Marine Le Pen a déclaré vouloir supprimer les menus de substitution au porc dans les cantines scolaires des villes gérées par le parti d’extrême droite, que se passe-t-il à Fréjus depuis 15 jours?

Myriam et Robert*, internautes de 20 Minutes, y habitent presque depuis toujours. Ils témoignent des premières marques du changement, la disparition du drapeau européen du fronton de la mairie et le recul probable sur la construction de la mosquée.

>> Votre ville vient de passer sous bannière frontiste et vous souhaitez témoigner? C’est par ici.

«L’Europe passe mal dans le sud-est de la France»

Lundi 14 avril, Robert se promène dans le centre-ville de Fréjus. Arrivé devant l’hôtel de ville, coup de coude d’un ami qui lui enjoint de lever les yeux vers le balcon du premier étage. A côté du drapeau bleu blanc rouge, le vide. Le drapeau européen a disparu. David Rachline avait bien confié son intention le 9 avril dans une vidéo du Parisien. «Probablement qu’à terme le drapeau disparaîtra, avait-il confié […] mais on n’en est pas là aujourd’hui».

Cinq jours plus tard, c’était chose faite. «C’est le premier symbole», commente Robert, 45 ans et Fréjusien depuis 1997. «Surpris et chagriné», il voit dans ce geste le début d’un «repli sur soi de la ville, un reniement de la construction communautaire.» Fervent pro-européen, Robert reconnaît que l’Union «passe mal dans le sud-est de la France». Mais lui qui rappelle avoir entendu que «le FN a changé» constate que «la première chose que le maire fait, c’est d’enlever le drapeau européen. On touche du doigt le problème de ce parti, la préférence nationale. Qu’est-ce qu’il va faire après?»

«Ce qui est prévu dans le programme n’est pas si mauvais»

Après, David Rachline pourrait mettre un terme à la construction de la mosquée. Alors que les travaux ont commencé depuis janvier 2014, celui qui a raflé la mairie fin mars prévoit d’organiser «la première consultation publique» selon son site de campagne, autour de la question de la construction de ce lieu de culte. «Je pense qu’il trouvera une excuse pour abandonner le projet», nous dit Myriam, étudiante de 22 ans. Musulmane «qui porte le voile», Myriam regrette clairement cette position de l’élu d’extrême droite.

Si elle y voit, comme Robert, un «repli sur soi», si elle craint «le climat de peur et d’affrontement» qui pourrait en résulter, elle est pourtant loin de rejeter en bloc l’idéologie frontiste. «Je n’aurais pas pu voter pour Rachline, précise cette internaute, il ne me respecterait même pas.» Mais mis à part le désaccord sur l’immigration, «ce qui est prévu dans le programme n’est pas si mauvais», juge-t-elle. Le Front national «cherche à venir en aide aux jeunes qui n’ont pas de travail, estime-t-elle, et à les pousser à rester à Fréjus.» Myriam pointe également l’endettement de la ville et salue le sursaut du FN qui a «quelques projets sur les impôts», qui pourraient innover, «s’ils ne sont pas freinés par le gouvernement». Et le retrait du drapeau européen? «C’est une provocation inutile. Mais je suis d’accord avec Marine Le Pen sur l’Europe, lâche-t-elle sans ambages. C’est elle qui nous a fait couler.»

Un sondage Ifop, publié ce mercredi, accorde 24 % d’intentions de vote au Front national pour les européennes du 25 mai. Devant l’UMP et le PS.

*Le prénom a été changé

Mots-clés :