Condamné, mal classé, mauvais: Harlem Désir cristallise les critiques de la classe politique

REACTIONS Jugé «mauvais» à la tête du Parti socialiste, Harlem Désir a été nommé, mercredi, secrétaire d’Etat aux Affaires européennes…

Vincent Vantighem

— 

Harlem Désir, nouveau secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, le 30 mars 2014 à Paris

Harlem Désir, nouveau secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, le 30 mars 2014 à Paris — Pierre Andrieu AFP

Mercredi, il était la cible de toutes les moqueries possibles sur les réseaux sociaux.

Ce jeudi, ce ne sont plus des anonymes mais bien les responsables politiques de tous bords qui attaquent Harlem Désir. Très critiqué pour ses prestations à la tête du Parti socialiste, l’ancien président de SOS Racisme a été nommé, mercredi, secrétaire d’Etat aux Affaires européennes.

» Revivez la nomination des secrétaires d’Etat en live.

Comme elle l’avait fait avec Christiane Taubira lors de la constitution du gouvernement Ayrault, la droite a donc fait d’Harlem Désir sa nouvelle cible. «Avec cette nomination, François Hollande manifeste un véritable mépris pour l’Europe qui ne doit pas être une voiture-balai ni une assurance chômage», lâche ainsi toute en finesse, Geoffroy Didier, secrétaire général adjoint de l’UMP.

Classé 752 sur 766 eurodéputés

Car Harlem Désir n’est pas un inconnu à l’échelle européenne. «Il a été parlementaire européen, vice-président du parlement européen, membre du parti socialiste européen, il a défendu un certain nombre de textes au parlement européen, il connaît tout ça sur le bout des doigts», a assuré Jean-Christophe Cambadélis, pressenti pour le remplacer justement à la tête du PS.

» Retrouvez notre portrait d’Harlem Désir.

Pourtant, le bilan d’Harlem Désir n’est pas brillant à l’échelle européenne. Le site de surveillance des députés européens Votewatch.eu le classe ainsi 752 sur 766 eurodéputés pour son taux de participation aux votes qui s’établit à 50,15 %. Avec 14 questions posées dans l’hémicycle à son actif, il se hisse à peine plus haut sur ce point en atteignant le 601e rang toujours sur 766.

Des bourdes à la tête du PS

D’autant que le bilan d’Harlem Désir à la tête du parti socialiste n’est pas vraiment rose non plus. «Il n’a pas réussi» à faire gagner la gauche aux élections municipales, admet Jean-Christophe Cambadélis. «On peut avoir échoué quelque part et réussir ailleurs.»

Mais ses bourdes récurrentes ne plaident pas en sa faveur. La dernière date justement des élections municipales où, entre les deux tours, Harlem Désir avait annoncé que la liste PS allait se désister à Tarascon (Bouches-du-Rhône) pour éviter l’élection du FN. Seul problème, avec 6,43 % des voix, la liste socialiste n’était de toute façon pas en état de se maintenir.

Sa condamnation refait surface

La classe politique n’a pas manqué, non plus, de souligner le passé judiciaire d’Harlem Désir. L’ancien président de SOS Racisme a été condamné en 1998 à 18 mois de prison avec sursis et 30.000 euros d’amende pour «abus de bien social» pour avoir occupé un emploi fictif au sein de l’Association régionale pour la formation et l’éducation des migrants.

A peine élu, François Hollande annonçait pourtant dans un entretien au Journal du Dimanche: «Je n’aurai pas autour de moi à l’Elysée des personnes jugées et condamnées.» Et d’insister: «Vous pourrez me rappeler cette déclaration si je venais à y manquer…» Voilà qui est fait.

Il était tête de liste aux européennes en Ile-de-France

Le probable futur premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a affirmé jeudi matin qu'il allait rencontrer les premiers secrétaires fédéraux d'Ile-de-France ainsi que «l'ensemble de la liste» candidate aux européennes dans cette région pour désigner le remplaçant d’Harlem Désir. «On va régler ça dans la journée».