Manuel Valls à l'Assemblée nationale, le 11 septembre 2013.
Manuel Valls à l'Assemblée nationale, le 11 septembre 2013. - LCHAM/SIPA

V.V.

Le Premier ministre Manuel Valls a présenté ce mardi une série de mesures . Il a notamment confirmé les 50 milliards d'euros d'économies de 2015 à 2017L'ensemble des mesures prises en faveur des ménages modestes représenteraient 5 milliards d'euros d'ici à 2017, a-t-il par ailleurs annoncé dans sa déclaration de politique générale devant les députés. 20 Minutes a regroupé ces annonces. 

>> Revivez en direct le discours de politique générale de Manuel Valls

Pour les ménages

>Une baisse des cotisations salariales au 1er janvier 2015 au niveau du Smic. «Le pacte est aussi un pacte de solidarité, il doit améliorer le pouvoir d'achat des salariés les plus modestes. Le meilleur moyen, c'est d'agir sur les cotisations salariales pour augmenter le salaire net, celui que l'on touche à la fin du mois. Dès le 1er janvier 2015, elles seront diminuées pour les salaires au niveau du smic». Selon Manuel Valls, la mesure permettra de «procurer 500 euros par an de salaire net supplémentaire» aux salariés concernés, qui touchent le salaire minimum. «L'équivalent de la moitié d'un treizième mois», en somme.

Pour les entreprises

>Les allègements du coût du travail à 30 milliards d'ici à 2016. Le Premier ministre Manuel Valls a confirmé l'objectif inscrit dans le pacte de responsabilité de réduction de 30 milliards d'euros du coût du travail d'ici à 2016.

>Pour cela, les cotisations familiales seront abaissées pour les salaires jusqu'à 3 fois et demi le SMIC. «Pour les salaires jusqu'à 3 fois et demi le smic, c'est-à-dire 92% des salariés, les cotisations famille seront abaissées de 1,8 point au 1er janvier 2016».

>Le taux normal de l'impôt sur les sociétés réduit à 28% en 2020.  Le Premier ministre s'est engagé à une baisse de l'impôt sur les bénéfices des sociétés et à la suppression d'un impôt sur le chiffre d'affaires, ainsi que d'une série de petites taxes sur les entreprises. Le taux normal de l'impôt sur le résultat des sociétés sera «abaissé à 28% d'ici à 2020, avec une première étape en 2017». Il s'est engagé aussi à la suppression en trois ans de la «CS3 -contribution sociale de solidarité des sociétés-» et a confirmé celle de «plusieurs dizaines de petites taxes complexes et de faible rendement».

Pour l'environnement

>La loi sur la transition énergétique sera présentée «avant l'été». Elle comprendra l'objectif de limiter le nucléaire à 50% de la production d'électricité d'ici à 2025. Le Premier ministre a réaffirmé les objectifs de réduction de «30% de notre consommation d'énergie fossile d'ici 2030 et de 40% de nos émissions de gaz à effet de serre à la même échéance».

Pour les comptes publics

>La poursuite du redressement des comptes publics «tout au long du quinquennat». 50 milliard d'euros la dépense publique de 2015 à 2017, assurant que «l'effort sera partagé par tous»Sur ces 50 milliards, «l'Etat et ses agences en prendront la plus grande part, 19 milliards d'euros; 10 milliards proviendront de l'assurance maladie et 10 milliards supplémentaires des collectivités locales», et «le reste viendra d'une plus grande justice, d'une mise en cohérence et d'une meilleure lisibilité de notre système de prestations», a-t-il détaillé.

Pour les territoires

>Réduire de moitié le nombre de régions dans l'Hexagone. Une nouvelle carte des régions sera établie au 1er janvier 2017, a annoncé le Premier ministre qui souhaite également dresser une nouvelle carte intercommunale, fondée sur les bassins de vie, pour 2018. En outre, il veut engager un débat sur l'avenir des conseils départements. «Je mesure l'ampleur de ces changements», annonce-t-il.

Pour la société

>Depuis le mariage pour tous, le gouvernement n'a pas engagé de grande réforme sociétale, repoussant même aux calendes grecques le débat sur la Famille. Manuel Valls n'a pas été plus précis mais a néanmoins listé quelques sujets qui devraient être débattus dans les prochains mois. «Je pense à la réforme pénale, je pense à la famille, je pense à la politique d'immigration et d'asile, je pense aussi à la fin de vie pour laquelle un consensus peut être trouvé.»