La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a affirmé lundi que la santé sera concernée par le plan de réduction des dépenses publiques mais a assuré qu'il n'y aura «pas de déremboursements» de médicaments ni de «charges nouvelles» pour les patients. «La politique en matière de santé est également concernée» pour la réalisation des économies, a affirmé sur France Info la ministre qui a participé samedi à l'Elysée à un deuxième conseil stratégique de la dépense publique autour de François Hollande.

Pas de charges pour les patients

La ministre n'a avancé aucun objectif chiffré d'économies à réaliser dans le domaine de la santé: «la guerre des chiffres n'a absolument aucun sens, aujourd'hui aucun chiffre n'est mis sur la table et n'a été avancé dans le cadre de ce conseil stratégique, ni en matière de santé ni de quoi que ce soit» d'autre, a-t-elle dit. Marisol Touraine affirme avoir fixé un «cap clair: pas de déremboursements, pas de franchise, pas de charges nouvelles pour les patients français».

Développement des génériques

Selon elle, il ne s'agit pas de mener une politique de «rabots», mais «des politiques structurantes» de «développement de médicaments génériques et une meilleure maîtrise des prescriptions». Il s'agit aussi de donner «plus d'élan aux soins de proximité», a-t-elle dit, notamment avec la création du statut de «praticien territorial de médecine générale», des médecins qui doivent «obligatoirement s'installer dans des territoires ou il n'y en avait pas». Elle a rappelé la création en 2014 de 200 postes supplémentaires de ces praticiens, qui s'ajoutent aux 200 créés en 2013.

Marisol Touraine a souligné qu'en 2013 «3,5 milliards d'euros» d'économies auront été réalisées dans le domaine de la santé par rapport à 2012 grâce à «une politique de maîtrise des coûts et de réorganisation de notre système, sans pratiquer de nouveaux déremboursements».

Mots-clés :

Aucun mot-clé.