Manifestation contre les gaz de schiste, le 17 avril 2011 à Nant, dans l'Ardèche.
Manifestation contre les gaz de schiste, le 17 avril 2011 à Nant, dans l'Ardèche. - DAMOURETTE/SIPA

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg veut publier après les municipales un rapport défendant une nouvelle technique expérimentale «propre» d'exploitation des hydrocarbures de schiste, affirme le Canard enchaîné mercredi. Cette technique, déjà évoquée dans un rapport parlementaire fin 2013, consisterait à fracturer la roche contenant les hydrocarbures sans avoir recours à la technique utilisant de l'eau et des produits chimiques, interdite en France pour son risque environnemental.

Un dérivé du propane utilisé dans les extincteurs

Il s'agirait, selon le Canard Enchaîné, d'utiliser du «fluoropropane» (en réalité, de l'heptafluoropropane également connu sous le sigle de «non flammable propane», NFP, ndlr), une technologie «propre» proposée par la société américaine ECorpStim. Ce liquide non inflammable dérivé du propane est actuellement utilisé comme propulseur dans des inhalateurs pour traiter l'asthme ainsi que dans des extincteurs.

Interrogé par l'AFP, le ministère du Redressement productif n'a pas souhaité faire de commentaires. Le cousin du NFP, le propane, a déjà servi à mener quelques fracturations hydrauliques qui n'utilisent pas d'eau et peu, voire pas de produits chimiques, en remontant 95% du propane avec le gaz ou le pétrole visé. Inconvénient principal: cette technique nécessite en surface plusieurs centaines de tonnes de propane inflammable, ce qui en France transformerait chaque forage en site Seveso.

Un produit onéreux

Jamais testé en conditions réelles, le NFP présente lui les mêmes avantages que le propane, mais est également non inflammable, ce qui «supprime à 100% les risques industriels», selon le rapport publié en novembre par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opesct).

Comme le propane, il est toutefois «onéreux», reconnaît l'Office, ce qui pourrait rendre l'exploitation non rentable. Il n'est pas non plus «sans danger pour le climat», puisque le NFP compte déjà pour 0,05% des émissions totales de gaz à effet de serre, selon le rapport. Le risque d'«incident» entraînant sa libération dans l'atmosphère, «nécessiterait de prévenir et de contrôler les fuites susceptibles de survenir à tous les stades de la chaîne de production», recommande le travail parlementaire.

Ne pas fâcher les Verts

Selon le Canard enchaîné, Arnaud Montebourg n'a pas encore publié le rapport sur le NFP, auquel ont contribué «géologues, économistes publics et privés» pour éviter de «fâcher les Verts avant les municipales». Dans un communiqué, le député EELV François-Michel Lambert a demandé jeudi à François Hollande et Jean-Marc Ayrault de «désavouer Arnaud Montebourg qui bafoue délibérément les engagements pris par le Président». Le président avait écarté en juillet toute exploitation durant son quinquennat.

La porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem a toutefois assuré mercredi que la politique du gouvernement en matière de gaz de schiste restait inchangée : «Non, la politique du gouvernement n'évolue pas en la matière», a-t-elle déclaré lors du compte-rendu du Conseil des ministres. «Aujourd'hui, la seule technique connue pour exploiter le gaz de schiste est la fracturation», «En l'état actuel des connaissances et des recherches, il n'est pas question d'exploiter les gaz de schiste», a-t-elle martelé.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé