Marine Le Pen compare la crise de l'agroalimentaire breton à celle des mines de charbon

42 contributions
Publié le 26 octobre 2013.

POLITIQUE - La présidente du Front national était en déplacement samedi à Fougères (Ille-et-Vilaine), où les scores du parti restent en général discrets...

Marine Le Pen a comparé samedi la crise de l'agroalimentaire breton à celle des mines de charbon dans le Nord et l'Est de la France, prédisant des gains électoraux pour son parti dans cette région où le Front national reste généralement très en retrait de ses scores nationaux.

«L'effondrement de l'agroalimentaire est un événement au moins aussi grave pour la Bretagne que l'ont été les fermetures de mines dans le Nord de la France et dans l'Est», a déclaré la présidente du FN lors d'une conférence de presse à Fougères (Ille-et-Vilaine), ville où elle a été accueillie par une manifestation seins nus de trois Femen.

Prédisant un résultat «spectaculaire» pour son parti en Bretagne, particulièrement aux élections européennes, Marine Le Pen a estimé que la crise de l'agroalimentaire allait «ouvrir les yeux des Bretons sur l'aspect absolument néfastes de la soumission à l'Europe de Bruxelles». «La Bretagne a peut-être un rôle historique à jouer lors des échéances électorales de 2014 par la force du signal qu'elle peut lancer», a-t-elle espéré.

Mise en garde après l'accord de libre-échange UE-Canada

A propos des scores relativement faibles du FN en Bretagne, Marine Le Pen a expliqué que «les Bretons ont été plutôt préservés ces dernières années, peut-être un peu plus préservés que les autres, du problème de l'immigration massive, du problème de l'insécurité et du problème du chômage de masse». «Or, ces trois problématiques se posent à eux depuis maintenant un certain nombre de mois avec une acuité absolument terrible», a-t-elle estimé.

Après l'accord de libre-échange UE-Canada obtenu la semaine dernière, Marine Le Pen a mis en garde contre la mise en place d'un «grand marché transatlantique avec les États-Unis à l'horizon de 2015». «Le traité de libre-échange avec les États-Unis est une menace plus grave que tout ce qui a précédé durant ces 20 dernières années. Pour une majorité de nos agriculteurs et de nos entreprises de l'agroalimentaire, ce n'est ni plus ni moins que le baiser de la mort des multinationales américaines», a-t-elle lancé.

A son arrivée sur le marché de Fougères dans la matinée, Marine Le Pen a été accueillie par trois «Femen» qui portaient sur le torse nu le slogan «Marine repens toi». Elles ont été plaquées au sol par le service d'ordre.

Avec AFP
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr