Christine Boutin lors de la «Manif pour tous» à Paris, le 21 avril 2013.
Christine Boutin lors de la «Manif pour tous» à Paris, le 21 avril 2013. - V. WARTNER / 20 MINUTES

Et l’opposition au mariage pour tous se transforma en mouvement politique. Christine Boutin, présidente du parti chrétien-démocrate, annoncera jeudi lors d’une conférence de presse le lancement d’une «initiative politique pour les européennes» avec Béatrice Bourges, soutien médiatique du radical Printemps français. Selon nos informations, ce nouveau mouvement présentera des listes dans chacune des grandes régions françaises aux élections européennes.

Parmi les autres participants au lancement de cette initiative –aucun n’avait répondu à nos sollicitations mercredi après-midi– Jean-Claude Martinez, professeur de droit public et ancien vice-président du Front national, Patrick Louis, ancien secrétaire général du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, Patrice André présenté comme un «intervenant de La Manif pour Tous» ou encore Pierre Nicolas «militant et cadre de la Manif pour Tous». Certaines précisions devraient fuiter sur Twitter dès ce soir.

La Manif pour tous se désolidarise

Une initiative qui ne va pas sans faire grincer des dents chez les opposants au mariage pour tous. «Je suis étonnée que certains se prévalent de leur activité au sein de notre structure», réagit Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour tous, jointe par 20 Minutes. «Patrice André n’est intervenu qu’une fois à la tribune et Pierre Nicolas, s’il s’est occupé de la logistique, ne fait pas partie de l’équipe dirigeante», constate celle qui rappelle que la Manif pour tous «reste indépendante à tous égards des partis politiques». «La prise de conscience d’un grand nombre de personnes [au sujet du mariage pour tous] devrait conduire à un engagement politique. J’espère qu’elles le feront sur des listes variées, je n’ai pas de commentaires à faire sur les sensibilités de chacun.»

Même au sein du PCD de Christine Boutin, l’engagement coince. «Béatrice Bourges et Jean-Claude Martinez, ce ne sont quand même pas les moins radicaux, regrette un cadre. Christine est persuadée d’incarner quelque chose dans le paysage politique, elle a envie d’avoir une aventure. Elle fait du Boutin. Mais le PCD ne sera pas associé en tant que tel à l’initiative…»

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé