EN DIRECT. Conférence de presse de François Hollande: «Je ne demande pas à être jugé par des sondages»

168 contributions
Publié le 16 mai 2013.

LIVE - Le président de la République reçoit la presse à l'Elysée, un an après son élection. Suivez le live à partir de 15h45...

>> Ce live est désormais terminé. Merci de l'avoir suivi sur 20 Minutes.

 

18h38: François Hollande termine sa conférence de presse. 
"Nous nous retrouverons ou dans la rue ou dans six mois" termine,amusé, le chef de l'Etat devant les journalistes.

18h34. Pour Marine Le Pen, "François Hollande est désormais clairement installé dans son rôle de petit porte-parole de la Commission de Bruxelles"
La présidente du Front national estime que François Hollande "a clairement abdiqué face aux injonctions européennes et allemandes de l’austérité à tout crin", un président "servile et déterminé à continuer d’enfoncer notre pays pour sauver les dogmes européens".
"Sans jamais évoquer le peuple, c'est la destruction totale de la démocratie qui pointe derrière ce projet", ajoute dans un communiqué la frontiste.

18h27: Sur les tentatives d'attentats contre des représentations françaises à l'étranger.
"Nous avons donné consigne à toutes nos représentations pour une protection élevée, nous savons que nous sommes parmi ceux qui peuvent être victimes. Mais ça ne doit en aucune manière entamer notre politique, nous ne nous laisserons pas intimider" dit Hollande.
>> La tentative d'attentat contre l'ambassade française au Caire déjouée, à lire par là

18h17: Sur les otages. Hollande rappelle que la France ne donne pas de rançons.
"A chaque fois nous agissons dans la discrétion. (...) Maintenant que nous avons assuré la sécurité et la souveraineté du territoire malien, nous avons engagé des discussions avec les ravisseurs (des otages d'Arlit)"
"Nous sommes intervenus au Mali pour un peuple et un pays", réfutant toute "ingérence". Il rappelle qu'il y aura de prochaines élections où les Maliens voteront pour leurs dirigeants."Les principes que j'ai posé lors du discours de Dakar restent entièrement valable aujourd'hui sur l'indépendance des pays"

A propos de l'Europe, le Président craint que "le risque pour l'Europe c'est que les égoïsmes nationaux l'emportent" appelant par ailleurs à ce "qu'il y ait une prise de conscience sur la question de la croissance, de l'emploi, avec les autres gouvernements européen".

18h09: Réaction de François de Rugy, co-président du groupe écolo à l'Assemblée nationale

...et celle d'une des porte-paroles du PS

18h08: François Hollande peu présent sur les réseaux sociaux, et s'en moque légèrement, préférant le contact "direct" avec les gens

18h06: Dans la salle, certaines ministres s'en vont discrètement...



François Hollande a par ailleurs confirmé qu'il n'entendait pas recevoir les parlementaires de la majorité à l'Elysée, mais a souligné qu'il pouvait aller "à leur rencontre" pour dire "combien" il appréciait leur "soutien" et leur "solidarité".
"Il était très important pour moi, lorsque je me suis exprimé lors du débat (télévisé entre les deux tours de l'élection présidentielle de 2012, ndlr) de dire que je ne recevrai pas les parlementaires de la majorité ici", à l'Elysée, comme le faisait son prédécesseur Nicolas Sarkozy, a-t-il dit.
"Parce qu'ici, c'est la maison de tous. (...) Le chef de l'Etat ne peut pas transformer cet espace en meeting (...) Donc il n'y aura pas de réunion de tous les groupes de la majorité ici à l'Elysée", a-t-il assuré.

18h02: Jean-Luc Mélenchon, co-président du Front de gauche, ironise...

17h55: Nouvelle question sur les casseurs au Trocadéro et l'accusation de laxisme
De nouveau, Hollande rappelle que les actions des casseurs sont "inadmissible et doivent être condamné". Il rappelle que les violences, en parallèle à des manifestations, n'ont rien d'une première, avant d'appeler à ce que les "forces de l'ordre soient respectées dans notre pays".
Il salue au passage l'action de son ministre de l'Intérieur Manuel Valls, meilleur que son "prédécesseur" dit-il.

17h43: Sur les allocations familiales.
"Il y a un déficit de plus de deux milliards, nous ne pouvons pas le supporter, il faut trouver deux milliards d'économie sur certaines allocations" dit-il, ajoutant qu'il faut moduler les prestations, et de faire en sorte que "les familles les plus favorisées n'aient pas les mêmes que les autres", et qu'il faut faire des économies sur certaines prestations qui n'ont pas de résultats

17h40: Question d'un journaliste: "Vous arrive-t-il de songer à vous représenter?"
Ce n'est pas d'actualité dit Hollande. "Je ne me préoccupe vraiment pas de 2017, je ne le dis pas par convenance ou par précaution. Ce que je veux c'est laisser une trace en 2017. A ce moment-là, je prendrai une décision"

17h34: A propos du mensonge de Cahuzac. 
"Le mensonge déshonore la politique. Jérôme Cahuzac ne devrait pas se représenter à quelque élection, c'est d'ailleurs ce qu'il a dit il y a un mois lors d'une émission"

17h33: Sur les contrôles d'identité (qui dériveraient sur un contrôle au faciès)
"Nous ferons en sorte que la solution soit trouvée pour éviter la suspicion sur les contrôles d'identité".

17h31: Sur le pouvoir d'achat. 
"Le gouvernement a augmenté le smic et des prestations. La meilleure façon de créer du pouvoir d'achat c'est de créer de l'emploi" affirme Hollande

Il ne souhaite par ailleurs "ne pas augmenter" les prélèvements sur les ménages en 2014, sans toutefois complètement l'exclure comme il l'avait fait plusieurs fois auparavant. "L'idéal serait de ne pas augmenter un taux de prélèvement sur les ménages dans l'année 2014", a déclaré le président, à propos des plus de deux milliards d'euros de déficit de la branche famille de la Sécurité sociale.
En 2013, "j'ai conscience que je ne peux pas demander d'impôt supplémentaire aux ménages", a-t-il dit. Donc, "il y aura des économies à faire, plus nous en réaliserons, moins nous demanderons de prélèvement aux Français", a-t-il prévenu.
 

17h29: Hollande pas favorable à l'amnistie de syndicalistes qui auraient détruit des biens
'JQuand on détruit un bien, ce n'est pas tolérable. Aucun conflit ne justifie qu'on détruise"

17h22: Pour Christian Jacob, président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, Hollande est "attentiste, indécis et inapte à l’action"

Dans un communiqué, le parlementaire UMP critique: "Après 1 an de pouvoir, le pouvoir socialiste est dans un état clinique très préoccupant avec une majorité qui le soutient comme la corde soutient le pendu. Cette conférence de presse ne posera pas les bases d’un rebond ni-même d’un répit. Elle risque d’accélérer le plongeon."
 

17h16: Sur sa rencontre avec les Français. "Je rencontre des Français qui ne me disent pas que du bien (...) Vous me parlez de Dijon, on est en démocratie, l'interpellation elle fait partie de la démocratie. (...) Si je me déplace c'est pour entendre. (...) Je vais partout"

17h14: Sur son impopularité. Hollande fait de l'humour

et...

17h11: Sur le droit de vote des étrangers. Pas avant les élections municipales de 2014
"Je n'ai pas soumis ce texte (...) car je ne veux pas donner l'impression que nous chercherions à imposer les enjeux"

17h10: "Le texte sur l'indépendance de la justice sera présenté prochainement au Parlement" dit Hollande.

François Hollande, interrogé sur la réforme constitutionnelle, a affirmé qu'il "souhaitait" que le texte sur l'indépendance de la justice puisse être adopté lors d'un Congrès à Versailles, sans évoquer de date.
"Un texte sur l'indépendance de la justice sera présenté prochainement en Parlement - il va être en discussion - et je souhaite qu'il puisse être adopté à Versailles - puisque c'est à Versailles que se réunit le Parlement pour une adoption à la majorité des trois-cinquièmes. Si on peut y agréger d'autres textes, j'y suis favorable", a-t-il déclaré.
Quatre projets de loi, dont un sur la réforme du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), étaient prévus pour faire l'objet d'une révision constitutionnelle, lors d'un Congrès (réunion des deux chambres du Parlement), cet été, à Versailles.
Mais le gouvernement n'a pour le moment annoncé la tenue du Congrès, le 22 juillet, que sur le seul projet de loi réformant le CSM.
Ce texte sur le CSM, qui prévoit notamment que les magistrats redeviendront majoritaires au sein de cette instance, et que l'avis de celle-ci devra obligatoirement être respecté pour les nominations de magistrats du parquet, doit être débattu le 28 mai à l'Assemblée nationale.
 

17h06: Sur une question concernant ses décisions comme chef de l'Etat:
"Sur l'intervention des forces françaises au Mali. Je n'avais pas prévu cette intervention quand je me suis présenté devant les Français. Cette décision, je l'ai prise", comme celle "de faire libérer un otage Français détenu depuis trois ans. J'ai également décidé de retirer nos troupes d'Afghanistan" dit Hollande

17h03: Premières réactions 
...acide pour Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République

..ou content pour le député et président socialiste du conseil général de l'Ardèche ...dans la critique, pour l'ancien ministre UMP Sauvadet

17h02: Sur la forme..

16h58 Bientôt un remaniement? "Possible, mais pas maintenant" dit Hollande

>> La vidéo

16h55: Qui est François Hollande, un social-démocrate? "Je suis un socialiste qui veut faire réussir la France."
2e question sur la cacophonie du gouvernement. Hollande loue d'abord l'action du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, puis le ministère de l'Economie, Pierre Moscovici.
"Il ne doit avoir qu'une seule ligne au gouvenement, qui est de faire réussir la politique que j'ai décidé" dit Hollande.


16h53: Pour cette 1e question, François Hollande réfute l'augmentation de la dépense.
"La dépense n'a pas progressé. C'est la première fois depuis les 30 dernières années. Le pouvoir d'achat a effectivement diminué, mais pour l'année 2012, il y a eu des prélèvements supplémentaires, 12 milliards pour nos prédécesseurs et 4 milliards pour nous". Il réfute aussi le fait d'être "d'être sadique et masochiste" en augmentant les impôts.

16h49: Début des questions des journalistes

16h48: Sur le suicide d'un homme devant des enfants de maternelle, ce jeudi après-midi à Paris.
"Un désespéré s'est suicidé devant des enfants. Tout sera fait pour venir en soutien à ces personnels et ces enfants"
Le chef de l'Etat termine ainsi: "
La France n'est pas le problème, c'est la solution, voilà pourquoi nous devons être à l'offensive"

16h48: sur les débordements au Trocadéro, à Paris, lundi soir
"C'est une agression contre l'autorité de la République" dit Hollande

16h47: Toujours sur le "mariage pour tous"

16h45. Sur le mariage entre homosexuels, qui a récemment enflammé le Parlement
"J'ai voulu un grand débat, il a eu lieu à l'Assemblée et ailleurs. La France n'a jamais conçu le rassemblement sur le mode de l'unanimité", dit-il, ajoutant que "dès que le Conseil constitutionnel se sera prononcé sur le texte, je le promulguerai"

...ce qui réjouit Jean-Luc Romero, fervent partisan du «mariage pour tous»

16h43: Sur l'espoir. "Nous sommes à un moment où des questions taraudent les Français: (...) Est-ce que nous sommes une grande Nation sur le plan économique et politique? Est-ce que nous pouvonsencore préserver notre modèle social et imaginer une transition énergétique ? Je réponds oui" dit Hollande
"La France peut faire confiance à sa jeunesse, à condition de lui donner toute sa place et de montrer que le progrès est possible, y compris pour ceux qui sont dans les quartiers" continue-t-il.

16h43: Ambiance dans la salle...

16h42: Sur les retraites

16h38: "Déficit insoutenable du déficit sur le financement des retraites" lance le chef de l'Etat
-Hollande veut rétablir "durablement" des régimes de répartition. Dès lors que l'espérance de vie s'allonge, on devra travailler un peu plus longtemps
-La justice entre les carrières longues qui doivent avoir la retraite à 60 ans, "l'inégalité entre les régimes", ou encore l'inégalité de la mesure pour les femmes.
-Le "dialogue" qui s'installera pour la conférence sociale prévue en juin prochain.

16h37: Pour les chômeurs, Hollande privilégie la formation, ce qui demande de "rediriger des crédits"
Cela doit intervenir avant la fin de l'année.

16h35: Sur l'administration: Hollande demande au gouvernement des mesures pour alléger les procédures administratives
Le chef de l'Etat parle notamment d'"ordonnances" sur le logement.

16h33: "L'offensive, c'est mieux former les jeunes" dit Hollande. 
Il rappelle la hausse du nombre de profs, le rétablissement de la formation des enseignants, la réduction des élèves qui sortent du système scolaire sans qualifications ou encore une meilleure reconnaissance des diplômes

16h30: Hollande insiste sur les "investissements d'avenir"
Des investissements qui se feront sans opération d'emprunt. Le chef de l'Etat veut pour cela mobiliser l'épargne, réformer l'assurance-vie, la création d'un plan d'épargne pour les PME, tout en changeant l'imposition des plus-values mobilières

16h29: L'ambiance dans la salle

16h26: "L'offensive, c'est de préparer la France de demain, un modèle fondé sur la performance économique et l'économie responsable"
"C'est en voyant loin que l'on change la vision du présent" dit Hollande qui a demandé au Premier ministre "un grand plan sur 10 ans autour de quatre points: le numérique, la transition énergétique, la santé et les transports"

16h23: "L'offensive est ici en France. C'est de mobiliser toutes les forces pour l'emploi. Il n'y aura pas d'espoir sans décrue du chômage."
"
Sur l'inversion de la courbe du chômage, je m'y tiens" dit-il, rappelant au passage ses "emplois d'avenir" pour les jeunes, qui vont être étendre au privé; les contrats de générations en entreprise, qui doivent être généralisés dans l'agriculture; mais aussi le crédit compétitivité (à 4% en 2013, à 6% en 2014); l'accord sur la sécurisation de l'emploi.

16h18: "J'ai bien conscience des résultats qui se font attendre (...) donc l'an 2, c'est bien l'offensive. D'abord lancer une initiative européenne. l'Europe est la 1e économie malade, et elle est pourtant vue comme malade, en doute" souligne Hollande.
"Mon devoir, c'est de sortir l'Europe de sa langueur, de réduire la désaffection des peuples vers l'Europe"

Le chef de l'Etat veut donc sur ce point:
-instaurer un gouvernement économique européen qui se réunirait tous les mois
-le budget européen a prévu 6 milliards d'euros pour l'emploi des jeunes. Mobilisons tout de suite ces fonds pour ces jeunes, lance Hollande
-définir une communauté européenne de l'énergie, pour réussir une transition écologique
-une nouvelle étape de transition pour les pays européens, avec une capacité budgétaire européenne et une possibilité de lever l'emprunt

16h16: "3e réforme annoncée: La maîtrise de la finance. Oui maîtriser la finance, avec la loi bancaire (...) en séparant les activités de dépôts et spéculatives" continue Hollande
"Nous avons aussi créé la banque publique d'investissement (BPI) " rappelle le chef de l'Etat, qui loue aussi l'accord sur la sécurisation de l'emploi, (...) une réforme que l'on jugeait impossible à faire"

16h14:"Quand je regarde ce qu'a été le niveau de la dépense de l'Etat en 2012, elle a été légérement plus basse que ce qui avait été prévu" .. "et on viendrait nous dire que nous n'avons pas fait d'économies?" interroge Hollande, avant de retaper sur les "prédécesseurs" (= la droite ndlr)


16h11: Hollande évoque la récession en Europe
Il évoque une reprise rapide dans le pays et en Europe, car l'enjeu c'est la croissance, la fin de la crise, de la récession." "Notre économie est en crise depuis 2008, avec 1,2 million de chômeurs en plus." affirme-t-il, avant de critiquer la droite au pouvoir (avant 2012) sur le manque de compétitivité.


16h10: La vidéo à regarder en live par là

16h08: Il loue ensuite l'action du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, et la réduction des déficits publics
"Les lignes ont bougé" dit-il. "La zone euro a été stabilisée (...) l'union bancaire a été définie", l'action en faveur de la Grèce. "La France a su jouer le rôle de trait d'union entre l'Europe du nord et celle du sud" loue-t-il.

16h07: François Hollande rend hommage aux soldats présents au Mali, et à ceux qui sont morts 
Le chef de l'Etat débute son intervention sur son voyage, la veille à Bruxelles, à la conférence des donateurs pour le redressement du Mali. 

16h06: Je suis à l'heure pour la deuxième rencontre avec vous les journalistes, débute Hollande: 
Le chef de l'Etat veut "tracer" les buts de son quinquennat.

16h05: François Hollande arrive au pupitre

16h03: Les ministres arrivent en rang d'oignons et s'installent 


16h02: La conférence de presse, un exercice imposé pour les différents présidents de la République
>> Notre sélection des meilleurs moments en vidéo, à regarder par ici

16h00: Pourquoi la conférence de presse est-il l'exercice préféré de François Hollande?
>> C'est à lire par ici

15h58: Sur quels sujets François Hollande est-il attendu?
Selon notre journaliste sur place, le président de la République est particulièrement attendu sur les sujets économiques, le chômage, la récession, le budget de l'automne...Mais aussi sur des sujets plus politiciens comme le remaniement, le manque de leadership à Bercy ou les tiraillements de sa majorité...

15h56: Quel est le programme de l'après-midi?
La conférence de presse va durer entre 20 et 30 minutes. Il y a aura ensuite une série de questions-réponses avec les journalistes.

15h50: A quoi ressemble le lieu de la conférence? 
Les journalistes prennent des photos, en attendant que la conférence de presse commencent, comme ce journaliste de publicsenat.fr

Un anniversaire sous tension. Un an après son élection, François Hollande reçoit la presse à l’Elysée, pour la deuxième fois depuis le début de son mandat. Une conférence de presse à haut risque pour le chef de l’Etat, qui cumule de nombreux indicateurs au rouge. Outre le plan de lutte contre le chômage qui ne décolle pas, la France est frappée de récession au premier trimestre 2013, et le pouvoir d’achat des ménages français a reculé de 0.9% en un an, une première depuis 1984.

De mauvais chiffres qui conduisent à une impopularité record du chef de l’Etat, toujours marqué par les dommages collatéraux de l’affaire Jérôme Cahuzac, qui laisse planer le doute sur son futur en politique. Alors, comment redonner la confiance? François Hollande, qui devrait privilégier la spontanéité durant cet exercice, pourrait annoncer une série de mesures, tout en soignant sa majorité parfois fébrile. Suivez, à partir de 15h45 et sur 20 Minutes, cette conférence de presse de François Hollande, suivie de toutes les réactions. 

Anne-Laëtitia Beraud
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr