«Mariage pour tous»: Un député UMP estime que la gauche «assassine des enfants»

38 contributions
Publié le 18 avril 2013.

POLITIQUE - La séance à l’Assemblée nationale a été suspendue après les propos de Philippe Cochet...

La séance à l’Assemblée nationale, ce jeudi matin, a été interrompue après les propos du député UMP du Rhône Philippe Cochet. L’élu, qui s’exprimait à propos de l’ouverture du mariage aux couples homosexuels, a jugé que la gauche était «en train d’assassiner des enfants».

«Ce matin comme des millions de Français j’ai la nausée. (…) Nous devons toujours avoir en tête la défense du plus faible. Je vous accuse mesdames et messieurs de la gauche: vous êtes en train de créer un précédent, vous êtes en train d’assassiner des enfants, c’est scandaleux», a lancé l’élu, ajoutant: «Je n’ai pas peur de ce terme. C’est inacceptable».

 

 

 

Suspension de la séance

Des mots de trop pour le président (PS) de l’Assemblée nationale Claude Bartolone, qui a décidé de suspendre la séance. Revenu dans l’hémicycle quelques minutes plus tard, le député UMP Philippe Cochet est revenu sur ses propos, expliquant que «le terme ("assassiner des enfants" ndlr) n'était pas approprié», préférant le terme de «vies brisées des enfants». Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a ensuite lancé aux députés: «Attention aux mots qui sont utilisés. En essayant de nous blesser les uns les autres, c'est la République que l'on peut blesser».

Ces propos ont fait vivement réagir plusieurs politiques. «Des mots inappropriés», a estimé l'UMP Patrick Ollier dans les couloirs de l'Assemblée nationale. Sur le réseau Twitter, des élus de la majorité se sont lâchés, comme par exemple Barbara Pompili et Sergio Coronado.

Nombreuses réactions

La députée communiste de Seine-Saint-Denis Marie-Georges Buffet a jugé, sur LCP, que les propos de Philippe Cochet «n'ont pas leur place au sein de l'hémicycle. Ces propos sont entendus à l'extérieur. (...) Ces gens à l'extérieur sont blessés. De plus ils attisent les préjugés, les a priori, les actes de violence.»

Dans la nuit de mercredi à jeudi, l’élue du Front national Marion Maréchal-Le Pen, qui s’exprimait également sur ce sujet, a dénoncé «les méthodes» et «la propagande antifasciste» du gouvernement, comparant les opposants au mariage homosexuel interpellés par la police après des échauffourées à «prisonniers politiques». 

>> Suivre la séance de ce jeudi en direct ci-dessous

Anne-Laëtitia Béraud
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr