«Mariage pour tous»: Nicolas Sarkozy s'interroge sur «la traçabilité» des enfants

POLITIQUE «Avec leur "mariage pour tous", la PMA, la GPA, bientôt ils vont se mettre à quatre pour avoir un enfant», estime l'ex-Président, selon «Valeurs actuelles»...

E.O. avec AFP

— 

Nicolas Sarkozy, le 24 février 2013 au Parc des Princes, lors de la rencontre PSG-OM.

Nicolas Sarkozy, le 24 février 2013 au Parc des Princes, lors de la rencontre PSG-OM. — JEFFROY GUY/SIPA

Nicolas Sarkozy n'a pas seulement évoqué la possibilité d'un retour en politique, dans ses propos rapportés par Valeurs actuelles. L'ex-Président s'interroge aussi, d'après le magazine, sur «le mariage pour tous» et la «traçabilité» des enfants.

«Les Français sont moins en colère qu’effrayés. Quand on pense que le sujet du moment, c’est la traçabilité du bifteck. Tout le monde veut savoir s’il y a du cheval dans ce qu’on mange», a affirmé Nicolas Sarkozy, selon l'hebdomadaire de droite paru ce jeudi.

«Mais la traçabilité des enfants, qu’est-ce qu’on en fait ? C’est tout de même plus important. Avec leur "mariage pour tous", la procréation médicalement assistée, la gestation pour autrui, bientôt ils vont se mettre à quatre pour avoir un enfant. Et le petit, plus tard, quand il demandera qui sont ses parents? On lui répondra: "désolé, il n’y a pas de traçabilité"», poursuit, selon Valeurs actuelles, l'ex-chef de l'Etat.

L'Assemblée a adopté le projet de loi sur le «mariage pour tous» le 12 février. Le texte, qui doit être examiné à partir du 4 avril au Sénat, ne comporte pas de disposition sur l'ouverture de la PMA aux couples de femmes, ni sur la GPA. Une mesure sur la PMA devrait toutefois être discutée avant la fin de l'année à l'Assemblée, dans le cadre d'une loi sur la famille ou dans un texte à part.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.