Otages au Cameroun: L'opposition tacle «l'erreur grave» de Kader Arif

29 contributions
Publié le 21 février 2013.

RÉACTIONS - Le ministre a annoncé par erreur ce jeudi la libération des otages...

C’est un couac de première classe. Kader Arif, ministre des Anciens combattants, a annoncé ce jeudi matin à l’Assemblée nationale de manière précipitée et erronée la libération des sept otages français du Cameroun. Un «cafouillage» et une «erreur grave» selon Christian Jacob, le patron des députés UMP. «Sur des sujets extrêmement sensibles, il faut toujours prendre le temps d'avoir toutes les confirmations nécessaires du Quai d'Orsay», a-t-il sermonné.

Encore plus critique, Hervé Morin, l’ex-ministre de la Défense et député UDI, a trouvé «ahurissant qu'un ministre interrompe la séance» de l'Assemblée nationale pour une telle annonce alors qu’«il n'est absolument pas dans le rôle d'un ministre délégué aux Anciens combattants de faire une annonce comme celle-ci». «C'est au moins au ministre des Affaires étrangères, probablement même au Premier ministre» de faire cette annonce, a-t-il insisté. Face à «un ministre délégué aux Anciens combattants qui veut se la jouer et annoncer une nouvelle, il faut que le Premier ministre mette de l'ordre dans son gouvernement», a-t-il insisté, pour ce qui est, d’après lui, «une nouvelle fois l'expression du bordel ambiant dans ce gouvernement.»

«Les sables mouvants de l’incompétence»

«Cet énième cafouillage démontre à quel point le gouvernement de Jean-Marc Ayrault s’enfonce chaque jour davantage dans les sables mouvants de l’incompétence», estime Geoffroy Didier, l’un des leaders de la Droite forte. Qui en profite pour tacler le gouvernement dans son ensemble et Jean-Marc Ayrault plus particulièrement. «Sans véritable cap sur le fond et surtout sans aucun résultat concret depuis plus de neuf mois: toutes les conditions d’un gouvernement défectueux sont d’ores et déjà remplies. La question  est désormais posée: Jean-Marc Ayrault serait-il le nouvel Edith Cresson?»

Et sur Twitter, Valérie Debord, pour l’UMP, demande à Kader Arif d’en tirer les conséquences: 

Le ministre avait interrompu ce jeudi la séance de l’Assemblée nationale pour déclarer: «Juste avec la prudence d'usage, je viens d'avoir comme information, à confirmer, mais il me semble qu'elle est confirmée, que nos otages au Cameroun ont été libérés.» Et alors que l’information était démentie sur le terrain, il a tenté de se dédouaner: «Je m'étais exprimé tout à l'heure avec beaucoup de prudence, et il le fallait. C'était une information transmise par voie de presse, et il n'y a pas pour le moment de confirmation officielle à ce stade de la libération. S'il y avait des informations elles seraient transmises dans la journée de manière officielle».

M.P.
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr