Capture d'écran du compte Twitter du député UMP Marc Le Fur, 5 février 2013.
Capture d'écran du compte Twitter du député UMP Marc Le Fur, 5 février 2013. - 20 MINUTES

E.O. avec AFP

Le président des députés PS Bruno Le Roux a jugé mardi «inadmissible» voire «diffamatoire» la diffusion sur Twitter, via le compte d'un député UMP, d'une photo mal légendée d'un député socialiste jouant au scrabble dans l'hémicycle en plein débat.

Le Roux dénonce «l'opprobre» jetée sur Bachelay

Plusieurs photos de députés jouant au Scrabble ou à d'autres jeux sur leurs tablettes numériques, au cours du débat sur le projet de loi autorisant le mariage homosexuel, ont été publiées sur internet et suscité des messages moqueurs sur le réseau social. Le député UMP Marc Le Fur a envoyé, sur son compte Twitter, l'une d'entre elles, dont la légende affirmait qu'il s'agissait du député PS Guillaume Bachelay de Seine-Maritime, avec cette mention: «Mariage gay, adoption PMA GPA, ce député décide du sort des enfants de France».

Marc Le Fur a ensuite précisé qu'il s'agissait en fait d'un député socialiste de Saône-et-Loire, Thomas Thévenoud, et a présenté ses excuses à Bachelay, présent dans l'hémicycle. Auparavant, Le Roux avait dénoncé, photocopie de photo en main, «l'opprobre» jetée sur Bachelay, numéro deux du PS. Il avait demandé une suspension de séance pour que soit mis «fin» à «ces attaques», qui relèvent selon lui de la «diffamation» et plaidé de nouveau pour que l'usage des réseaux sociaux soit «maîtrisé» par les députés.

«Quand on fait un Scrabble avec 102 points à 3h du matin, ça nous rassure un peu!»

Thomas Thévenoud et Jérôme Guedj ont revendiqué la fameuse partie de Scrabble. «On a essayé de faire travailler nos neuronesà 3h du matin», s'est amusé le premier sur LCP, ajoutant: «Quand on fait un Scrabble avec 102 points à 3 h du matin je ne dis pas qu’on est fier mais ça nous rassure un peu!»

«Le ridicule, il est dans les gens qui montent ça en épingle», a estimé son collègue et compagnon de jeu. «Les Anglais, ils votent le "mariage pour tous" en un jour, et nous, on se tape dix jours de n'importe quoi», s'est agacé Jérôme Guedj, dénonçant «la mascarade de discussions, d'amendements qui n'en finissent plus» et le «tombereau de bêtises» de l'opposition.

Le président des députés UMP, Christian Jacob, a estimé qu'il n'y avait pas à réagir aux «invectives» de Le Roux et que si le sujet était d'«importance», il fallait réunir «une conférence des présidents». Depuis vendredi, les tweets font régulièrement des incursions dans l'hémicycle. Chaque camp protestant contre le tweet d'un député de l'autre camp. Lundi, un député UMP, Philippe Gosselin, a demandé une réflexion sur l'usage des réseaux sociaux par les députés.