Voeux 2013 de Hollande: Un message d'optimisme à délivrer «en moins de dix minutes»

80 contributions
Publié le 31 décembre 2012.

POLITIQUE - Le président de la République, qui a promis d'inverser la courbe du chômage «d'ici à la fin 2013», devrait axer son propos sur l'espérance...

Le président François Hollande adressera pour la première fois lundi ses voeux aux Français, avec la volonté de délivrer «en moins de dix minutes» un message d'optimisme en dépit de la crise et de l'aggravation de la situation de l'emploi.

«Il faut donner de l'espérance, sinon, comment mobiliser le pays?» souligne un proche du chef de l'Etat. Depuis des semaines, François Hollande ne cesse de répéter que «la crise est derrière nous», du moins la crise financière et de l'euro. Il reste, reconnaît-il, à sortir de la crise économique alors que les plans sociaux se multiplient en France.

François Hollande a visionné les voeux de ses prédécesseurs

Pour se préparer au rituel des voeux, le président de la République a visionné quelques séquences de ceux prononcés par Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac ces dernières années et constaté qu'ils dressaient invariablement le bilan d'une année «difficile» pour en annoncer une nouvelle, tout aussi sombre.

Or François Hollande, qui a fait de l'emploi la mère de toutes les batailles, promet depuis la rentrée «d'inverser la courbe du chômage d'ici à la fin 2013». Un pari audacieux au regard de l'augmentation en novembre du chômage pour le 19e mois consécutif. Près de 29.300 chômeurs supplémentaires sont venus pointer à Pôle emploi le mois dernier et, à ce rythme, le triste record absolu de janvier 1997 (3,205 millions de chômeurs) pourrait être battu dans les premiers mois de 2013.

L'emploi comme priorité

A l'Elysée, on assure percevoir la «grande inquiétude» des catégories populaires comme des classes moyennes, saisies par la crainte du chômage et du déclassement. François Hollande aura donc à coeur de faire valoir les réformes engagées par le gouvernement: emplois d'avenir, contrats de génération, pacte de productivité...

Il rappellera aussi sans doute l'importance qu'il attache à un accord des partenaires sociaux sur la réforme du marché du travail, à dix jours d'une rencontre décisive. Le président en attend un nouveau contrat social, une «démocratie sociale» promise dès juin 2011, à l'aube de la primaire socialiste.

«Cadre traditionnel»

Plus généralement, il espère une France en ordre de marche pour récolter les fruits d'une reprise économique lorsque celle-ci surviendra.

Deux jours après l'annulation par le Conseil constitutionnel de sa taxe à 75% pour les très gros revenus, promise pendant la campagne présidentielle, François Hollande devrait réaffirmer son intention d'élaborer un nouveau dispositif. Dans l'immédiat cependant et pour tenter de regagner la confiance des Français, l'Elysée annonce des voeux brefs, bouclés en «moins de dix minutes afin de donner de la force aux messages». Le cadre, ajoute-t-on, sera «traditionnel pour que la forme ne prenne pas le dessus sur le fond».

Des voeux enregistrés dans l'après-midi

Toujours selon son entourage, le président a demandé à ses principaux conseillers de lui préparer des notes et devait consacrer une partie de son week-end à l'écriture de son texte. Ses voeux seront enregistrés en fin d'après-midi lundi et diffusés en léger différé, à 20 heures précises, sur de nombreuses antennes de radio et de télévision.

Il ne s'agit cependant que d'une étape sur le long chemin d'une indispensable reconquête de l'opinion à l'aube d'une année sans élections mais avant le marathon électoral de 2014 et de 2015 (municipales, européennes, sénatoriales, départementales et régionales). Les cotes de popularité et de satisfaction du chef de l'Etat tournent autour de 40%. Et 40% des Français jugent que la politique menée par Nicolas Sarkozy était plus efficace que la sienne, selon un sondage BVA pour i>TELE publié vendredi.

François Hollande, qui se sait en première ligne, entend donc réinvestir le champ de la politique intérieure. Il en a donné un nouveau signe jeudi, avec une visite matinale à Rungis, et se rendra, sitôt ses voeux prononcés, dans un «service d'urgence» quelque part en région parisienne.

Avec AFP
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr