Compte en Suisse: Cahuzac porte plainte pour diffamation, Mediapart insiste

POLITIQUE «J'ai toute confiance dans mon ministre Jérôme Cahuzac», a souligné Jean-Marc Ayrault mercredi soir...

E.O. et N. Bg. avec Reuters

— 

Le ministre du Budget Jérôme Cahuzac, lors de sa sortie du conseil des ministres à l'Elysée, le 5 décembre 2012.

Le ministre du Budget Jérôme Cahuzac, lors de sa sortie du conseil des ministres à l'Elysée, le 5 décembre 2012. — Thibault Camus/AP/SIPA

Le ministre du Budget Jérôme Cahuzac a porté plainte pour diffamation ce mercredi contre le site d'informations en ligne Mediapart, qui l'accuse d'avoir possédé un compte bancaire non déclaré en Suisse, fermé en 2010. Dans la soirée, Mediapart a étayé ses accusations en mettant en ligne un enregistrement censé prouver l'existence de ce compte en banque.

Le Président et le gouvernement ont «affiché leur solidarité envers Jérôme Cahuzac», a assuré Najat Vallaud-Belkacem, la porte-parole du gouvernement, lors de son point presse hebdomadaire, ce mercredi. Plus tôt, le ministre du Budget a annoncé son intention d'attaquer en justice Mediapart, pour se défendre d'accusations selon lesquelles il aurait disposé jusqu'en 2010 d'un compte bancaire en Suisse.

«Face aux allégations, Jérôme Cahuzac a rétabli les faits et le gouvernement est évidemment à ses côtés dans cet épisode désagréable», a indiqué la porte-parole du gouvernement. Mercredi soir, Jean-Marc Ayrault a dit sur France 2 avoir «toute confiance» en son ministre.

«Mes accusateurs devront prouver que leurs allégations sont fondées»

Jérôme Cahuzac s'est lui-même défendu sur RTL, assurant que le compte bancaire suisse mentionné par Mediapart «n'existe pas». «La difficulté que j'affronte, c'est que je dois prouver que quelque chose n'existe pas, c'est la raison pour laquelle je vais en justice», a-t-il déclaré.

«En justice, mes accusateurs devront prouver que leurs allégations sont fondées, ils auront du mal», a-t-il ajouté.  Dans l'après-midi, le ministre s'est défendu plus en détail dans une note de blog.

Comme en réponse, Mediapart a mis en ligne dans la soirée un enregistrement dans lequel, un homme, présenté comme étant le ministre, évoque au téléphone en 2000 un compte suisse qu'il aurait à l'UBS. La personne se dit embêtée par l'existence de ce compte bancaire avant sa campagne des municipales dans le Lot-et-Garonne et demande à son interlocuteur comment il pourrait le fermer sans se rendre en Suisse.

Interrogé sur le sujet lors d'un point presse, Jean-François Copé a indiqué avoir ««une estime personnelle» pour Jérôme Cahuzac. «Dans cet ensemble gouvernemental tellement amateur et chaotique, il est un des rares ministres dont on peut dire d'une manière unanime qu'il connaît vraiment bien les sujets dont il parle», a-t-il souligné.

Wauquiez demande que Cahuzac apporte «des preuves»

«Pour le reste, je n'ai pas d'informations particulières autres que celles que j'entends. Jérôme Cahuzac a démenti les informations publiées dans un site. Je lui en donne acte. Je n'ai pas d'autres commentaires à faire», a ajouté Jean-François Copé, rappelant «la présomption d'innocence».

Laurent Wauquiez a quant à lui demandé que Jérôme Cahuzac apporte «des preuves  qui permettent de dissiper les doutes». «Quelle profession exerçait-il, où le faisait-il, quels étaient ses revenus...», a détaillé l’ex-ministre, sur iTélé. «Il est urgent qu'il mette des faits sur la table», a insisté le député-maire du Puy-en-Velay.

Selon Mediapart, ce compte suisse, ouvert auprès de la banque UBS, a été fermé début 2010 juste avant que Jérôme Cahuzac ne prenne la présidence de la commission des Finances de l'Assemblée nationale. Interrogé sur une note d'un agent du fisc le concernant dont fait état Mediapart et qui mentionnerait l'existence d'une villa à Marrakech et d'une résidence à La Baule, Jérôme Cahuzac a parlé «d'accusations délirantes».