L'ancien Premier ministre Alain Juppé, le 22 novembre 2012, à Bordeaux.
L'ancien Premier ministre Alain Juppé, le 22 novembre 2012, à Bordeaux. - DUPUY FLORENT/SIPA

E.O.

La proposition tenait jusqu’à 20h, les deux parties l’ont acceptée. Les camps Copé et Fillon ont donné leur accord pour qu’Alain Juppé préside une commission chargée de mettre fin au micmac régnant à l’UMP depuis dimanche. 20 Minutes vous explique ce qu’est cette instance, créée ce jeudi devant l’urgence de la situation.

Son rôle

La commission Juppé doit examiner les résultats de l’élection à la présidence de l’UMP, et en particulier les contestations exposées par les deux camps. François Fillon a ainsi indiqué qu’il «déposerait auprès de la commission Juppé l’ensemble des recours relevant des irrégularités dans un certain nombre de fédérations». Le maire de Bordeaux a aussi indiqué «souhaiter auditionner le président de la Cocoe [l’organe chargé d’organiser et de contrôler le bon déroulement de l’élection] pour apprécier les conditions dans lesquelles cette commission a proclamé les résultats». L’instance décidera à la lumière de cet examen qui de François Fillon ou de Jean-François Copé a remporté in fine l’élection.

Sa composition

Alain Juppé a annoncé que la commission serait composée de cinq membres: lui-même, un représentant de François Fillon, un représentant de Jean-François Copé et deux autres personnes désignées en accord avec les deux camps. Il devrait s’agir de membres de l’UMP qui n’ont pas pris parti pour l’un ou l’autre des candidats pendant la campagne.

Son calendrier

Alain Juppé devrait rencontrer Jean-François Copé et François Fillon dimanche. La commission se réunira quant à elle «dès le début de la semaine prochaine». Alain Juppé entend aussi auditionner le président de la commission des recours de l’UMP, Yanick Paternotte, «pour fixer avec lui un calendrier de travail». La commission «livrera ses conclusions sous quinze jours», a précisé l’ex-Premier ministre.