Les antinucléaires écrivent à Hollande pour demander l'arrêt immédiat de la centrale de Fessenheim

Sipa

— 

Le réseau Sortir du nucléaire et des associations locales antinucléaires demandent l'arrêt immédiat et définitif des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) dans une lettre ouverte envoyée mercredi à François Hollande et Delphine Batho, la ministre de l'Ecologie, et rendue publique ce jeudi.

«Souhaitez-vous appartenir au gouvernement de l'accident?», interpellent les associations dans une lettre ouverte adressée à l'exécutif. «Vous avez le pouvoir et le devoir de prendre les mesures d'urgence nécessaires pour arrêter immédiatement et définitivement les deux réacteurs de Fessenheim», lance le réseau Sortir du nucléaire avec quatre autres associations antinucléaires locales.

«Cette centrale est emblématique de la sortie du nucléaire»

«C'était une promesse du candidat Hollande», a rappelé Laura Hameaux, chargée de campagne du Réseau sortir du nucléaire, en préambule d'une conférence de presse ce jeudi. «Fessenheim, c'est tout un symbole, cette centrale est emblématique de la sortie du nucléaire», a-t-elle ajouté, dénonçant un «tas de contre-vérités et de manœuvres pour retarder ou empêcher sa fermeture».

Elle a fustigé l'action de l'Association de sûreté nucléaire (ASN), qui «outrepasse son rôle de gendarme du nucléaire et fait pression sur l'exécutif pour que François Hollande ne ferme pas cette centrale».

Mots-clés :