Stéphane Gatignon, maire EELV de Sevran, le 12 novembre 2012  devant l'Assemblée Nationale à Paris.
Stéphane Gatignon, maire EELV de Sevran, le 12 novembre 2012 devant l'Assemblée Nationale à Paris. - V. WARTNER / 20 MINUTES

Reuters

Stéphane Gatignon, qui s'est installé sous une tente devant l'Assemblée nationale, a reçu des marques de soutien de plusieurs responsables d'Europe Ecologie Les Verts, son parti, mais aussi du ministre de l'Intérieur Manuel Valls, passé samedi matin lui délivrer «un message de solidarité et d'amitié.»

Dans l'après-midi, il a reçu la visite du maire sans étiquette de Neuilly-sur-Seine, une des villes les plus riches de France, Jean-Christophe Fromantin.

14 millions d'euros de dotations de péréquation pour Sevran

Dans un communiqué commun, la ministre en charge de la décentralisation Marylise Lebranchu et sa ministre déléguée Anne-Marie Escoffier ont souligné que Sevran bénéficierait l'an prochain des dotations en hausse aux titres de la dotation de solidarité urbaine (DSU) (+1,5 million d'euros) et du Fonds de solidarité des communes de la région Ile-de-France (FSRIF).

«Au total, la ville de Sevran bénéficiera, en 2013, de plus de 14 millions de dotations de péréquation», qui permettent de réduire les disparités entre communes riches et pauvres, indiquent les deux ministres sans répondre directement aux revendications de Stéphane Gatignon.

Stéphane Gatignon, qui s'est dit prêt à rester jusqu'à mardi devant le palais Bourbon, a appelé les parlementaires à «aider ces villes, comme Sevran et ces 100 villes les plus pauvres» afin qu'elles aillent «au bout de leur projet, pour simplement continuer d'exister » alors qu'elles n'ont plus accès au crédit.

Il réclame plus spécifiquement une hausse des enveloppes budgétaires consacrées à la DSU et à la DDU (dotation au développement urbain) réservée aux communes modestes, alors qu'il manque selon lui cinq millions d'euros pour boucler le budget 2013 de Sevran.