Polémique sur les ministres écologistes: Jean-Vincent Placé seul contre tous

32 contributions
Publié le 9 novembre 2012.

RÉACTIONS - «Je crois qu'il n'y a que lui qui s'interroge», a estimé Manuel Valls...

Ainsi, Jean-Vincent Placé s’interroge sur la présence des écologistes au gouvernement. Et il semble qu’il soit un peu isolé. Seul Noel Mamère a abondé dans le sens du sénateur ce vendredi matin, en indiquant sur BFMTV qu'il s'était lui aussi «posé la question la semaine dernière». Le député de Gironde a souligné qu'il ne se voyait pas «tenir 5 ans à avaler des couleuvres une fois par semaine».

«Je crois qu'il n'y a que lui qui s'interroge», a estimé de son côté Manuel Valls sur France info ce vendredi matin. Le ministre de l’Intérieur a dit «constater tous les mercredis en Conseil des ministres avec beaucoup de plaisir la présence et l'implication de Cécile Duflot et Pascal Canfin», les deux ministres écolos (respectivement du Logement et du Développement).

Harlem Désir a quant à lui trouvé cette déclaration «décalée par rapport à ce que l’on vit ensemble». «Les écologistes ont toute leur place dans cette majorité et au gouvernement, et ils font un travail très important», a souligné le premier secrétaire du PS sur BFMTV.  «Je crois que c’est une remarque personnelle de Jean-Vincent Placé, qui ne reflète pas l’état d’esprit du partenariat que nous avons avec EELV», a-t-il poursuivi

Les ministres écologistes ont l'air épanouis, ils sont utiles»

«Peut-être que Jean-Vincent Placé se poserait d'autant moins la question s'il était ministre lui-même», a ironisé de son côté David Assouline, le porte-parole du PS. Sur LCI, le sénateur a jugé que «les ministres écologistes n'ont pas l'air de se poser des questions». «Ils ont l'air épanouis, ils sont utiles».

François de Rugy, le co-président des députés écologistes, s’est également empressé de tempérer les propos de Jean-Vincent-Placé. «On n'attend pas de nous qu'on s'interroge à haute voix devant les micros, mais que l'on propose, que l'on agisse», a-t-il tranché, sur BFMTV. «Notre action au gouvernement n'a pas à faire l'objet d'interrogations», a jugé l’élu, reconnaissant toutefois «quelques sujets de crispations» mais qui «ne sont pas d'ailleurs totalement nouveaux».

Une «nécessité d’écologistes au gouvernement»

Le député européen Vert Yves Cochet a lui estimé qu’il y avait au contraire une «nécessité d’écologistes au gouvernement» pour «faire d’autres propositions économiques et sociales». L’ex-ministre a par ailleurs indiqué sur iTélé qu’il était trop tôt, après six mois de gouvernement, de poser la question de la présence d’écologistes en son sein. «Il faut attendre au moins l’été 2013», a-t-il jugé.

«Ce sont ses états d'âme», a constaté sur iTélé Fleur Pellerin, qui a noté que «Monsieur de Rugy ne réagissait pas exactement de la même façon» que Jean-Vincent Placé. «Je pense que c'est une question qui concerne cette formation [EELV] et qu'ils doivent se la poser entre eux», a continué la ministre déléguée à l'Innovation et à l'Economie numérique.

«Il y a une très grande fragilité de la majorité hétéroclite que François Hollande a soudée uniquement sur l'anti-sarkozysme», a déclaré Valérie Pécresse sur France 2. Le bras droit de François Fillon dans la course à la présidence de l'UMP a insisté: «Privée de son ciment anti-sarkozyste, la majorité se fissure, c'est bien normal car ils ne pensent rien de commun sur rien».

Enora Ollivier, avec agences
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr