Copé estime qu'«il y a un problème» entre François Fillon et Nicolas Sarkozy

82 contributions
Publié le 21 octobre 2012.

POLITIQUE - Le secrétaire général de l'UMP espère séduire l'électorat de l'ancien chef de l'Etat...

A un mois de l’élection pour la présidence de l’UMP, les candidats François Fillon et Jean-François Copé entrent dans la dernière phase de leur campagne, marquée par un rythme de deux à trois déplacements par jour. Le climax de ce début de fin de campagne est l’émission de débats prévue sur France 2 le 25 octobre, où les adversaires exposeront, l’un après l’autre, leur projet.

Et en cette fin de campagne, le nom de Nicolas Sarkozy est toujours présent, malgré son absence médiatique. Si l’ancien chef, n’étant pas à jour dans sa cotisation, ne pourra aller voter pour le prochain président du parti, il est toujours l’objet de bien des attentions. La palme revenant à Jean-François Copé, qui souhaite apparaître aux yeux des adhérents qui voteront le 18 novembre comme le fils spirituel de l’ancien chef de l’Etat. Un Nicolas Sarkozy que le député-maire de Meaux (Seine-et-Marne) admire pour «son courage, sa droiture» dans son livre-programme Manifeste pour une droite décomplexée, écrivant ainsi: «Quelles que soient ses décisions, je serai toujours à ses côtés.

Fillon ferait «obstacle» au retour de Nicolas Sarkozy

Et si François Fillon a lui aussi des contacts avec Nicolas Sarkozy, les deux hommes ayant déjeuné ensemble courant septembre, Jean-François Copé est catégorique. Devant quelques journalistes ce vendredi, le député-maire de Meaux a estimé qu’entre Nicolas Sarkozy et François Fillon, «il y a un problème» et qu’«un déjeuner de clarification ne serait pas inutile entre eux». La raison des différends supposés? Pour Jean-François Copé, François Fillon franchit le Rubicon en mettant en avant sa propre ambition politique pour l’élection présidentielle de 2017, et dès qu’il le pourra, l’ancien Premier ministre fera «obstacle» au retour de Nicolas Sarkozy dans la vie politique.

La stratégie n’est pas nouvelle. En opposant François Fillon et Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé souhaite bénéficier de l’attachement des adhérents à la figure de Nicolas Sarkozy. Mais, à un mois de l’élection, il n’a pas d'appui officiel de l'ancien chef de l'Etat, bien décidé à rester dans l'ombre de cette élection. Néanmoins, le secrétaire général de l'UMP devrait se congratuler du soutien de Brice Hortefeux, l’ami de longue date de l’ancien Président, qui déclare ce dimanche le préférer face à François Fillon.

Anne-Laëtitia Béraud
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr