Jean-François Copé en déplacement au Mans, le 5 septembre 2012.
Jean-François Copé en déplacement au Mans, le 5 septembre 2012. - JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Anne-Laëtitia Béraud

L’UMP va lancer une pétition nationale contre le droit de vote aux étrangers non-communautaires aux élections locales. C’est ce qu’a annoncé le secrétaire général du parti Jean-François Copé mercredi matin lors d’un point presse, après la tenue d'un bureau politique. Il réagissait aux propos, ce mercredi matin même, du Premier ministre Jean-Marc Ayrault qui avançait l’échéance de 2013, reprenant là une promesse de campagne de François Hollande.

«Je veux dire ma plus grande préoccupation» face à ce projet, a déclaré Jean-François Copé, affirmant que celui-ci était «une rupture historique entre le droit de vote et la citoyenneté française ou européenne». Il a ajouté qu’il souhaitait que ce projet soit soumis à un référendum.

A l’initiative du député Damien Meslot, l’UMP va lancer «une pétition nationale» sur ce droit de vote aux étrangers «pour que les Françaises et les Français puissent faire connaître leur opposition» à ce droit de vote, a précisé Jean-François Copé, rappelant que pour voter, les étrangers pouvaient entamer aujourd’hui un processus de naturalisation pour obtenir la nationalité française. «Cette démarche de notre part est une manière aussi de rappeler qu'il y a un parcours d'intégration à accomplir, que chacun de celles et ceux qui sont étrangers non communautaires sur notre territoire peuvent engager un processus de naturalisation et ainsi d'accession à la nationalité française et dès lors à l'ensemble des droits et devoirs afférents», a précisé Jean-François Copé.