PS: Guillaume Bachelay, un flingueur aux commandes

19 contributions
Publié le 12 septembre 2012.

POLITIQUE - Il sera le numéro 2 du PS, aux côtés d'Harlem Désir, le futur Premier secrétaire...

«Brillant» et «bosseur» sont sûrement les deux qualificatifs qui reviennent le plus, dans la bouche des socialistes, pour parler de Guillaume Bachelay. A 38 ans, ce Normand arrive à un poste clé du PS. Tout sauf un hasard vu son parcours depuis son adhésion au PS au début des années 90.

C’est sa rencontre avec Laurent Fabius qui va déterminer la suite de son parcours. Un coup de foudre intellectuel réciproque. L’ex-plus jeune Premier ministre de France, élu en Normandie, repère en 1995 ce diplômé en philosophie politique à l’esprit acéré et en fait un de ses plus proches collaborateurs et sa plume. Sa plume et sa boîte à idées voire à vacheries, qui le suivra à l’Assemblée nationale en 1997 à Bercy en 2000 et l’accompagnera aux primaires de 2006. Indispensable auprès d’un de ceux qui a le réseau le plus structuré au PS et qui sait placer ses hommes. Maire-adjoint de Cléon, en Seine-Maritime, il devient en 2010 vice-président du conseil régional de Haute-Normandie et entre à l’Assemblée nationale en juillet, en tant que suppléant de Laurent Fabius.

Théorie du bon mot

En 2008, Martine Aubry le nomme secrétaire national à l’Industrie. Mais très vite, il devient plus que ça. «Il est en service détaché auprès d’elle», jusqu’aux primaires notamment, raconte un cadre socialiste. «Il a été celui qui a le mieux accompagné Martine Aubry. Il a réussi à vraiment s’impliquer durant la campagne présidentielle auprès de Hollande, il était le fournisseur officiel de bons mots et d’arguments, mais il n’a qu’une fidélité, Laurent Fabius», explique Pascal Terrasse, député de l’Ardèche. «C’est à la fois quelqu’un qui a un sens fonctionnel et aigu, qui connaît les impératifs du parti, mais aussi un politique qui a une vision idéologique. Entre Désir, Faure et lui, il y a une grande complémentarité», note un bon connaisseur du PS.

Pendant la campagne, Guillaume Bachelay, comme son mentor, est passé activement avec armes et bagages dans l’équipe de l’actuel président. Il est quasiment la cellule veille et riposte à lui tout seul et fournit argumentaires et piques contre Sarkozy quasi quotidiennement au candidat. La pique comme arme de guerre du combat politique. Il l’a même théorisée. «La forme brève crée du mouvement et du chaos, réveille l'assistance et relance le jeu. L'humour est l'arme politique la plus efficace. Un peu comme un silencieux», expliquait-il en 1997 à Libération. Il n’a pas changé depuis.

«Sans états d'âme»

Hollande sait mieux qu’un autre que sa répartie peut cruellement viser juste. «La présidentielle, Hollande y pense même en nous rasant», c’est lui. «La gauche molle», c’est lui. «Quand c’est flou c’est qu’il y a un loup», c’est encore lui. Mais il l'a servi «sans états d'âme, c'est sa force», relate-t-on. Sous son air jovial, c’est un flingueur, mais un flingueur qui a du fond. Petit-fils d’ouvrier, il a une excellente connaissance du dossier de l’industrie. «Il portait notre voix sur ce thème mais il l’a un peu oublié ces dernières années où il s’est concentré sur les petites phrases», regrette un membre de l’aile gauche. «Ambitieux», c’est l’autre qualificatif qui colle aux costumes un peu ternes du Normand. «Trop ambitieux», rajoute-t-on. «Il ne faut pas qu’il aille trop vite. Pour l’instant, il n’a pas été élu une seul fois au suffrage universel. Là il n’est que député suppléant, mais je ne me fais aucun souci, ça viendra», ajoute ce député.

Et pour y parvenir, il tente de moins céder à son péché mignon des saillies. C’est François Hollande lui-même qui le lui a recommandé. «Guillaume Bachelay ne résiste pas à un bon mot. Je le mets moi-même en garde contre cette pente... même si le résultat de dimanche a montré qu'elle n'était pas discriminatoire!» Mais réussira-t-il rentrer dans son nouveau costume en posant le flingue?

Maud Pierron
Mots-clés
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr