L'organisation de défense de l'environnement Greenpeace a vivement critiqué mardi le projet de déclaration de la conférence de l'ONU sur le développement durable Rio+20, estimant que celle-ci était devenue "un échec épique".
L'organisation de défense de l'environnement Greenpeace a vivement critiqué mardi le projet de déclaration de la conférence de l'ONU sur le développement durable Rio+20, estimant que celle-ci était devenue "un échec épique".

© 2012 AFP

L'organisation de défense de l'environnement Greenpeace a vivement critiqué mardi le projet de déclaration de la conférence de l'ONU sur le développement durable Rio+20, estimant que celle-ci était devenue "un échec épique".

A la veille du début du sommet qui doit réunir une centaine de chefs d'Etat et de gouvernement, les experts négociaient encore un texte visant à préserver la planète et éradiquer la pauvreté.

"Rio+20 s'est transformé en un échec épique. La conférence a échoué en termes d'équité, d'écologie et d'économie", a déclaré le directeur des politiques publiques de Greenpeace international, Daniel Mittler.

Les négociations se sont poursuivies mardi matin après que les Européens eurent critiqué le manque d'ambition du projet de compromis proposé par le Brésil.

"On nous avait promis +L'avenir que nous voulons+ (nom du document final, ndlr) mais maintenant nous serons reconnus uniquement comme une machine polluante qui va cuire la planète, vider les océans et détruire les plantes tropicales", a dit le responsable de Greenpeace dans un communiqué.

"Ce ne sont pas les fondations sur lesquelles nous ferons croître nos économies ou sortir les gens de la pauvreté. Il s'agit de la dernière volonté et du testament du modèle de développement destructeur du 20e siècle", a ajouté Daniel Mittler qui a estimé que le plan de sauvetage des océans était "la seule chose sensée" survenue à ce jour à la conférence.