Mexique: Le marsouin du Pacifique, avec seulement 30 spécimens, pourrait disparaître en 2018

ANIMAUX La population de ce petit cétacé, menacé par la pêche illégale d’une autre espèce, a chuté de 90 % en six ans…

20 Minutes avec agences

— 

Illustration d'un marsouin.

Illustration d'un marsouin. — Peter Parks afp.com

Avec moins de 30 spécimens encore vivants, le marsouin du Pacifique, le plus petit cétacé du monde qui vit dans les eaux du Mexique, pourrait disparaître en 2018 faute de mesures urgentes. Le World Wildlife Fund (WWF) a souligné ce lundi la gravité de la situation.

La population de cet animal, également appelé « vaquita » ou « vachette de mer », a chuté de 90 % en moins de six ans selon l’ONG. « La vaquita pourrait avoir disparu en 2018. La perdre reviendrait à perdre une part du Mexique », estime Maria José Villanueva de WWF Mexique.

En cause : les filets dérivants

Selon cette spécialiste, l’unique menace scientifiquement prouvée qui pèse sur l’animal est celle des immenses filets dérivants utilisés par les pêcheurs contrebandiers. Ces filets sont utilisés par des contrebandiers pêchant le totoaba, un poisson également en danger d’extinction et dont la vessie natatoire se monnaie jusqu’à 20.000 dollars le kilo en Chine pour ses vertus supposées en matière de médecine et d’esthétique.

Une fois pris dans ces filets qui peuvent atteindre deux kilomètres de long, le marsouin meurt étouffé. En 2015, le président mexicain Enrique Peña Nieto a déployé la Marine contre la pêche illégale. Il a étendu la zone protégée et interdit les filets dérivants sur 13.000 kilomètres carrés pendant deux ans.

>> A lire aussi : La disparition des espèces s'accélère

Le mois dernier, le gouvernement a annoncé un plan d’urgence pour placer des marsouins dans un refuge temporaire. Un projet critiqué par des environnementalistes qui soulignent que l’animal ne supporte pas la captivité. « Nous voyons cela comme une mesure désespérée », a fait valoir Jorge Rickards, directeur général de WWF Mexique.