Un juge d'un tribunal fédéral de Brasilia a ordonné la suspension des travaux de construction du gigantesque barrage de Belo Monte, en Amazonie brésilienne, vivement contesté par les écologistes et les populations locales, a annoncé lundi une porte-parole de la cour.
Un juge d'un tribunal fédéral de Brasilia a ordonné la suspension des travaux de construction du gigantesque barrage de Belo Monte, en Amazonie brésilienne, vivement contesté par les écologistes et les populations locales, a annoncé lundi une porte-parole de la cour. - Evaristo Sa AFP

© 2013 AFP

Un juge d'un tribunal fédéral de Brasilia a ordonné la suspension des travaux de construction du gigantesque barrage de Belo Monte, en Amazonie brésilienne, vivement contesté par les écologistes et les populations locales, a annoncé lundi une porte-parole de la cour.

Le juge Antonio Souza Prudente a prononcé la suspension de l'autorisation environnementale accordée au projet et l'arrêt des travaux du barrage hydroélectrique, situé sur le fleuve Xingu, dans l'Etat du Para (nord), selon cette porte-parole.

Prise vendredi, la décision du juge interdit à la banque publique BNDES, qui finance le projet, de débloquer des fonds tant que tous les engagements sociaux-environnementaux n'auront pas été tenus par les promoteurs.

«Nous ne nous opposons pas au développement du pays mais nous affirmons qu'il faut respecter la loi», avait déclaré le procureur de l'Etat du Para.

La décision du juge Souza Prudente fait effet jusqu'à ce que les magistrats de ce tribunal se réunissent en collège et statuent sur sa validité.

Norte Energia, responsable du projet, a indiqué à l'AFP ne pas avoir encore été informée de cette décision judiciaire mais a affirmé que «toutes les obligations et les engagements de l'entreprise sont rigoureusement respectés».

Belo Monte est le barrage le plus important en cours d'édification au Brésil et le troisième du monde, derrière celui d'Itaipu (Brésil et Paraguay) et des Trois Gorges (Chine).

Il fournira 11.233 mégawatts, soit 11% de la capacité installée du pays, et la première tranche devrait entrer en service en 2015. Sa mise en place entraînera l'inondation de 502 km2. Son coût est estimé à 13 milliards de dollars.

Même si leurs terres ne seront pas inondées, l'édification du barrage risque de changer le mode de vie des communautés indiennes vivant aux alentours, qui ne pourront plus pêcher pour leur subsistance en raison de la dérivation des cours d'eau.

De nombreuses actions d'opposants ont déjà perturbé les travaux ou conduit à des interventions devant les parlementaires brésiliens.