La centrale nucléaire de Fessenheim.
La centrale nucléaire de Fessenheim.

A.C. avec agences et la rédaction locale de Strasbourg

Dernière info - 17h39: «Deux personnes ont été légèrement brûlées à travers leurs gants», suite à un incident lié à la manipulation d'un produit chimique (du péroxyde d'hydrogène), et non à un incendie, a indiqué à l'AFP un porte-parole au siège parisien d'EDF.

Les pompiers du Haut-Rhin «sont en cours d'intervention, avec une cinquantaine d'hommes sur place», a précisé un officier du Codis (Centre opérationnel départemental d'incendie et de secours). D'après les informations recueillies par notre rédaction locale auprès de la centrale, il y aurait huit blessés dont deux brulés. Les autres auraient été incommodés par la fumée.  

L’incident se serait produit entre 15h30 et 16h. Il y aurait eu un gros dégagement de fumée, qui se serait rapidement dissipé. Vers 17h, les pompiers sont repartis. La préfecture a confirmé la non-gravité des faits. Elle indique qu’il ne s’agit pas d’un incendie. Mais il serait plutôt question d’un «dégagement de vapeur d'eau oxygénée produit suite à l'injection dans un réservoir de peroxyde d'hydrogène qui a réagi avec de l'eau».

Un dégagement de vapeur d'eau oxygénée

Selon EDF, ce n'est pas un incendie mais un dégagement de vapeur qui s'est produit ce mercredi aprés-midi dans le bâtiment du réacteur la centrale nucléaire de Fessenheim. Les pompiers avaient auparavant annoncé qu'un début d'incendie de nature chimique avait fait plusieurs blessés. «Il n'y a pas de départ d'incendie. Il y a eu dans une opération de maintenance de la vapeur d'eau qui s'est dégagé», a assuréune porte-parole de l'opérateur EDF, précisant que deux personnes étaient légèrement brûlées aux mains.

La préfecture du Haut-Rhin a confirmé l'accident. «Nous avons été alertés pour un départ de feu à 15h50», a dit à Reuters un porte-parole de la préfecture. «Il s'agit d'un dégagement de vapeur d'eau oxygénée produit par l'injection dans un réservoir de peroxyde d'hydrogène qui a réagi avec l'eau», a-t-on précisé de même source. Les responsables de la centrale EDF n'ont pas pu être joints. Dès l'annonce de l'incendie, l'action EDF a chuté de 1,1% à la bourse de Paris. L'action a clôturé en baisse de 0,34%, après avoir abandonné jusqu'à 2,85% en séance dans d'importants volumes.

Les écologistes réclament la fermeture de la centrale

Le 25 avril déjà, un départ de feu avait touché une salle des machines de Fessenheim (Haut-Rhin), dans sa partie non nucléaire, sans faire de blessés ni affecter la production d'électricité. La centrale de Fessenheim, la plus ancienne du parc électronucléaire français, doit être fermée d'ici 2017 selon une promesse faite aux écologistes par François Hollande lors de la campagne des élections présidentielles. Installée au bord du Rhin, elle comprend deux réacteurs de 900 mégawatts qui ont été mis en service en 1977.

A la suite de cet incident, François de Rugy, co-président du groupe Europe Ecologie-Les Verts, a estimé qu'il fallait «accélérer la fermeture» de la centrale. «Fessenheim était la centrale pour laquelle le président de la République s'était engagé à assurer la fermeture et le début du démantèlement durant ce mandat-ci», a-t-il dit sur BFM-TV. Il a souligné que les écologistes réclamaient un «calendrier précis» des phases de fermeture et des audits du parc nucléaire français plus transparents. «Nous demandons qu'il y ait une commission d'enquête parlementaire car c'est la garantie que tous les points de vue seront représentés», a-t-il dit.