La prochaine réunion du Fonds vert aura lieu en Corée du Sud du 18 au 20 octobre, a annoncé samedi le Secrétariat par intérim de ce mécanisme en construction pour aider financièrement les pays en développement à faire face aux impacts du changement climatique.
La prochaine réunion du Fonds vert aura lieu en Corée du Sud du 18 au 20 octobre, a annoncé samedi le Secrétariat par intérim de ce mécanisme en construction pour aider financièrement les pays en développement à faire face aux impacts du changement climatique. - Philippe Huguen afp.com

© 2012 AFP

La prochaine réunion du Fonds vert aura lieu en Corée du Sud du 18 au 20 octobre, a annoncé samedi le Secrétariat par intérim de ce mécanisme en construction pour aider financièrement les pays en développement à faire face aux impacts du changement climatique.

Après trois jours de discussions à Genève, destinées à élaborer les premiers fondements du Fonds vert, les 24 membres (la moitié représentant les pays développés et l'autre moitié représentant les pays en développement) du conseil exécutif ont décidé de se revoir du 18 au 20 octobre à Songdo en Corée du Sud, indique un communiqué.

A l'occasion de cette première réunion du conseil exécutif du Fonds vert à Genève, six pays -- Allemagne, Mexique, Namibie, Pologne, Corée du Sud, et Suisse -- ont présenté leur dossier de candidature pour accueillir le secrétariat du nouveau Fonds.

Les représentants des 24 pays, nommés pour trois ans, sont pour la plupart des hauts fonctionnaires des ministères des Finances, de l'Environnement ou de l'Aide au développement. L'Afrique du Sud et l'Australie ont été élues jeudi co-présidents du Conseil, pour une durée d'un an.

Lors des trois jours de débats, les pays se sont également mis d'accord sur la procédure d'évaluation des candidatures. Toutefois, les détails du processus ne sont pas publiés par le Fonds.

Seule certitude, le pays hôte qui sera choisi par le conseil exécutif devra encore être désigné formellement en novembre 2012 au Qatar, lors de la Conférence des Parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Jusqu'à ce que le pays d'accueil du Fonds soit désigné, son secrétariat intérimaire siège à Bonn en Allemagne. Selon les médias suisses, Genève et Bonn sont les favoris.

Créé en 2011 lors de la conférence mondiale sur le climat de Durban, le Fonds vert est appelé à gérer une partie des 100 milliards de dollars que les Etats ont décidé d'investir pour des mesures climatiques dans les pays émergents et en développement, à partir de 2020.

A la différence du Fonds pour l'environnement mondial (FEM, autre convention-cadre des Nations unies), basé à Washington, le Fonds vert pour le climat devrait mobiliser au-delà des dons des gouvernements le secteur privé et trouver des mécanismes de financement innovants, a précisé un représentant de l'Office fédéral de l'environnement suisse, Stefan Marco Schwager, lors d'une conférence de presse jeudi.