Un mineur montre un fragment de pierre contenant de l'uranium.
Un mineur montre un fragment de pierre contenant de l'uranium. - AP Photo/Petr David Josek/SIPA

C’est une bonne nouvelle pour l’industrie nucléaire, peut-être pas pour les écosystèmes marins: des scientifiques, réunis à Philadelphie aux Etats-Unis, ont annoncé que l’extraction de l’uranium contenu dans l’eau des mers pourrait bientôt devenir une réalité. Selon les membres de l’American chemical society, les océans recèleraient au moins quatre milliards de tonnes d’uranium.

«Il y a beaucoup plus d’uranium dilué dans l’eau de mer que dans tous les gisements terrestres connus», estime le Dr Robin Rogers, de l’université d’Alabama. «Ce qui rendait son extraction très chère était sa très faible concentration, mais nous progressons.» Jusqu’à présent, la seule manière d’extraire l’uranium de l’eau était une technique japonaise consistant à filtrer l’eau de mer dans des nasses. Celles-ci sont placées à environ 200m sous la mer, sur une longueur de 100m au plus. On les remonte ensuite à la surface pour les arroser d’une solution acide qui sépare l’uranium de l’eau.

 

Un «soutien» à l’industrie nucléaire

L’équipe du Dr Rogers a développé des filtres du même type beaucoup plus efficaces et plus écologiques: au lieu de fabriquer des tamis en plastique, ils ont utilisé des carapaces de crevettes. Les scientifiques ont aussi cherché à rendre plus efficace le liquide utilisé pour dissoudre l’uranium. Résultat, le coût d’extraction pourrait être diminué de près de 50%, passant d’environ 990 euros le kilo d’uranium à 530 euros.

Néanmoins, l’uranium de la mer ne remplacera pas les mines: les scientifiques expliquent que ce ne pourra être qu’un «soutien» à l’industrie nucléaire, dont la viabilité ne serait pas assurée en cas d’épuisement des ressources naturelles en uranium. Mais si l’extraction de l’uranium dans les mines cause des dégâts environnementaux, les chercheurs n’ont pas précisé si cette technique pouvait avoir des répercussions sur la qualité de l’eau.

Mots-clés :