Une truite corail d'Australie.
Une truite corail d'Australie.

A.C.

Visiblement, les poissons qui nagent dans la Grande barrière de corail devraient mettre de la crème solaire. Selon des chercheurs anglais et australiens, les truites de corail de l’océan Pacifique sont atteintes de lésions cutanées liées aux rayons ultraviolets qui passent dans l’eau, rapporte lefigaro.fr. Sur 136 poissons étudiés, 15% sont atteints de tâches noires qui peuvent recouvrir 5% de leur peau orangée.

Microbes et pollution marine, des facteurs écartés

L’épiderme des poissons, constitué d’écailles, serait donc aussi sensible aux rayons ultraviolets que la peau humaine. Même si d’autres recherches seront nécessaires pour conclure sur la cause et les conséquences de ces lésions, les scientifiques ont déjà observé que les poissons malades vivaient beaucoup moins longtemps que les autres (six mois contre quatre ans en moyenne). D’autre part, ils ont remarqué que les endroits où avaient été repérés les poissons malades correspondaient aux régions où la couche d’ozone présente des trous. «Après avoir éliminé d'autres facteurs possibles tels que les microbes ou la pollution marine, les rayons UV apparaissent comme la cause vraisemblable», explique Michael Sweet, un des auteurs de l’étude, publiée dans la revue scientifique Plos One.