Un jardin potager sur un toit de New York, en novembre 2011.
Un jardin potager sur un toit de New York, en novembre 2011.

Audrey Chauvet

Des tomates aux gaz d’échappement ou des carottes aux métaux lourds? Si les potagers urbains se multiplient dans les grandes villes, pas sûr que les légumes qui y poussent soient très sains. Des chercheurs de l’université technique de Berlin ont mesuré des niveaux élevés de métaux lourds dans certains légumes produits dans la capitale allemande. Leur étude, publiée dans la revue scientifique Environmental pollution, montre que les fruits et légumes cultivés dans les villes peuvent être riches en polluants.

C’est le trafic routier qui pourrait nuire le plus à la qualité sanitaire des légumes. Lorsque les légumes poussent à proximité d’une rue très fréquentée par les automobiles, ils ont tendance à absorber les gaz et métaux de l’air. «Les légumes issus des jardins urbains peuvent être, en comparaison avec des productions standards des supermarchés, pollués par de multiples métaux lourds. Certains ont même dépassé les limites fixées par l'Union européenne pour l'alimentation», précise Ina Säumel, responsable de l’étude. En revanche, lorsque des bâtiments ou des arbres protègent les potagers, les légumes sont beaucoup moins pollués.