Les Parcs naturels régionaux de France maintiennent leur opposition aux gaz de schiste, prenant à contre-pied un rapport de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) favorable à l'exploitation de ces gaz, ont-ils annoncé mercredi.
Les Parcs naturels régionaux de France maintiennent leur opposition aux gaz de schiste, prenant à contre-pied un rapport de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) favorable à l'exploitation de ces gaz, ont-ils annoncé mercredi.

© 2012 AFP

Les Parcs naturels régionaux de France maintiennent leur opposition aux gaz de schiste, prenant à contre-pied un rapport de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) favorable à l'exploitation de ces gaz, ont-ils annoncé mercredi.

Dans ce rapport publié le 29 mai, l'AIE avait proposé une série de "règles d'or" destinées à doper l'exploitation des gisements de gaz de schiste en limitant l'impact environnemental, avec pour objectif de tripler la production de ces hydrocarbures controversés.

"Compte tenu des préconisations présentées dans ce rapport -et alors que l'exploitation des gaz de schiste génère des problèmes importants sur les plans écologique et de la santé publique- la Fédération des Parcs naturels régionaux de France (FPNRF) réaffirme aujourd'hui sa totale opposition à l'exploration et à l'exploitation des gaz de schiste et confirme ainsi" sa position adoptée en février, indique-t-elle dans un communiqué.

La Fédération demande à l'Etat "l'interdiction de l'exploration et de l'exploitation d'hydrocarbures de roche-mère dans les Parcs, l'annulation des autorisations existantes sur les périmètres de Parcs ainsi que l'organisation d'un débat national sur l'avenir énergétique".

La FPNRF représente les 48 Parcs naturels régionaux français. Elle rassemble également les conseils régionaux et les partenaires nationaux des Parcs. Les 48 Parcs concernent 4.100 communes, 23 régions métropolitaines et ultramarines, 70 départements et 3,5 millions d'habitants. Ils couvrent 15% du territoire national.