Une entreprise japonaise a annoncé jeudi la mise au point et la commercialisation d'un dispositif qui permet d'évaluer en 10 secondes la radioactivité contenue dans un sac de 30 kg de riz, un gain de temps qui permettra d'effectuer des contrôles systématiques très attendus.
Une entreprise japonaise a annoncé jeudi la mise au point et la commercialisation d'un dispositif qui permet d'évaluer en 10 secondes la radioactivité contenue dans un sac de 30 kg de riz, un gain de temps qui permettra d'effectuer des contrôles systématiques très attendus. - Jiji Press afp.com

© 2012 AFP

Une entreprise japonaise a annoncé jeudi la mise au point et la commercialisation d'un dispositif qui permet d'évaluer en 10 secondes la radioactivité contenue dans un sac de 30 kg de riz, un gain de temps qui permettra d'effectuer des contrôles systématiques très attendus.

Fuji Electric a conçu cet appareil pour répondre à l'angoisse de la population japonaise qui se méfie des aliments provenant des régions situées dans un périmètre de plusieurs dizaines de kilomètres autour de la centrale accidentée de Fukushima d'où se sont échappées d'importantes quantités d'éléments radioactifs à la suite du tsunami du 11 mars 2011.

Alors que les autorités affirment que les produits qui arrivent sur les étals respectent les limites légales (moins de 100 becquerels de césium radioactif par kilogramme), les contrôles ne sont réalisés que sur des échantillons, la vérification systématique de l'ensemble de la production alimentaire étant encore techniquement impossible en raison du temps requis.

Le système proposé, où les sacs de riz sont véhiculés et passés dans un instrument de mesure par un tapis roulant, a été développé pour permettre de vérifier toute la production de la préfecture de Fukushima (4e plus importante province rizicole du Japon) à partir de cet automne.

Les appareils jusqu'à présent souvent utilisés nécessitent de prélever dans les sacs une petite quantité de riz, de la mettre dans un récipient spécial et d'effectuer la mesure durant plusieurs minutes.

La solution offerte par Fuji Electric, qui évalue les niveaux de césium 134 et 137 ainsi que d'iode 131, est également en train d'être adaptée pour pouvoir fonctionner avec d'autres aliments, la population japonaise étant demandeuse de davantage d'informations et de contrôles sur les aliments.