Rio+20: un char d'assaut fait de pain en faveur de la paix dans une favela

0 contributions
Publié le 20 juin 2012.

RIO DE JANEIRO - Un char d'assaut de taille réelle construit avec des centaines de pain est apparu mardi dans une favela de Rio de Janeiro, une manifestation symbolique d'une ONG pour demander au sommet de Rio+20 de combattre la violence, la pauvreté et la faim.

"Le pain est un symbole de tout ce dont ont besoin les gens: l'éducation, la justice, l'environnement", a affirmé Holger Gussefeld, l'artiste qui a imaginé le projet. Président de l'ONG allemande World Future Council, il a reçu le soutien de l'organisation brésilienne pour la paix 'Viva Rio' et des Maires pour la paix.

Les activistes demandent aux dirigeants de la planète, réunis de mercredi à vendredi pour un sommet de l'ONU sur le développement durable Rio+20, de réduire de 10% les dépenses militaires dans le monde au profit de l'éradication de la pauvreté et des investissements dans l'éducation et la santé.

Une pétition signée par trente personnalités, dont le philosophe et linguiste américain Noam Chomsky, sera remise à la centaine de chefs d'Etat réunis pour Rio+20 en quête d'une économie plus verte et plus sociale.

Les dépenses militaires mondiales ont atteint 1.700 milliards de dollars en 2011, selon l'Institut international de recherches sur la paix de Stockholm (Sipri).

"Les gouvernements dépensent beaucoup en armement. On a déjà vu beaucoup d'armes par ici, on n'en a pas besoin de plus", a dit Veronica Moura, 28 ans, une habitante de la favela de Santa Marta, qui domine la baie de Botafogo. Ce bidonville fut le premier a être pacifié en 2008 après l'expulsion par la police des trafiquants de drogue qui y faisaient la loi.

Le tank a été installé en face d'une école à l'entrée de la favela.

L'objectif de cette installation originale est aussi d'alerter les participants de Rio+20 sur le trafic d'armes au Brésil, a assuré Tião Santos, de Viva Rio.

"Quinze millions d'armes sont en circulation dans le pays, dont la moitié illégales. Ce sont des armes légères qui tuent, déciment les jeunes, surtout dans nos favelas", a-t-il dit. "Il n'y a pas de développement durable sans paix", a-t-il ajouté en détruisant symboliquement un revolver avec un marteau.

© 2012 AFP
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr