Une nouvelle méthode de production de jeans dévoilée mardi aux Etats-Unis par un ingénieur suisse permet d'utiliser jusqu'à 92% d'eau et 30% d'énergie en moins, et pourrait avoir des effets positifs sur l'environnement si elle était généralisée, selon son concepteur.
Une nouvelle méthode de production de jeans dévoilée mardi aux Etats-Unis par un ingénieur suisse permet d'utiliser jusqu'à 92% d'eau et 30% d'énergie en moins, et pourrait avoir des effets positifs sur l'environnement si elle était généralisée, selon son concepteur. - Michael Loccisano afp.com

© 2012 AFP

Une nouvelle méthode de production de jeans dévoilée mardi aux Etats-Unis par un ingénieur suisse permet d'utiliser jusqu'à 92% d'eau et 30% d'énergie en moins, et pourrait avoir des effets positifs sur l'environnement si elle était généralisée, selon son concepteur.

Il faut, selon les procédés actuels, plus de 9.450 litres d'eau, près d'un demi kilo de produits chimiques et beaucoup d'énergie pour produire une seule paire de jeans, explique Miguel Sanchez, un ingénieur de la firme chimique Clariant, basée près de Bâle, lors d'une présentation à une conférence de l'Institut de la chimie verte, qui dépend de l'American Chemical Society.

"Si vous multipliez par près de deux milliards de jeans produits annuellement dans le monde vous avez une bonne idée de ce que représente cette industrie, qui contribue pour une part notable à la production d'eaux usées et aux émissions de gaz à effet de serre dans l'environnement", souligne-t-il.

Outre les importantes économies d'eau et d'énergie, ce procédé baptisé "Advanced Denim", permet aussi de considérablement réduire (-87%) les déchets de coton qui sont souvent incinérés et ajoutent ainsi des émissions de dioxyde de carbone (CO2) et autres gaz à effet de serre dans l'atmopshère.

De plus, à la différence des méthodes traditionnelles de production de toile de jeans qui nécessitent jusqu'à 15 cuves de teinture et un ensemble de substances chimiques potentiellement nocives, ce nouveau procédé n'en utilise qu'une seule.

Il recourt en effet à une nouvelle génération de teinture au soufre liquide concentré et plus écologique.

Tous les autres étapes de la production traditionnelle sont éliminées, assure Miguel Sanchez.

Si seulement 25% de toutes les toiles de jeans étaient teintes avec ce procédé, il serait possible d'économiser suffisamment d'eau pour satisfaire les besoins de 1,7 million de personnes chaque année, soit environ 9,45 milliards de litres, affirme Clariant.

Cela permettrait également de ne pas rejeter 31,3 millions de m3 d'eaux usées et d'économiser 220 millions de kilowatt/heure d'électricité tout en éliminant les émissions de CO2 qui en découlent, selon la même source.

Clariant travaille avec un grand nombre des principaux fabricants mondiaux de jeans, qui se disent très intéressés par cette nouvelle technique, selon M. Sanchez.