La course aux surfaces agricoles, une bombe à retardement en Afrique

2 contributions
Publié le 18 juin 2012.

JOHANNESBURG - La course aux surfaces agricoles en Afrique, achetées ou louées pour produire du biocarburant pour les Occidentaux ou nourrir l'Asie, est une bombe à retardement sur un continent qui ne mange pas partout à sa faim.

Ces investissements, difficiles à quantifier, provoquent déjà des tensions, les plus spectaculaires à Madagascar où la Corée du Sud, avec le groupe Daewoo, espérait acquérir 1,3 million d'hectares pour y faire pousser la moitié de son maïs.

Le tollé provoqué par cette transaction, finalement annulée, a contribué à la chute du président Marc Ravalomanana début 2009.

Aujourd'hui, la Grande Ile ne vend plus et se contente de louer des petites surfaces, de 5.000 à 30.000 hectares, pour des projets majoritairement européens et centrés sur la production d'agro-carburants.

Mais la ruée continue ailleurs, alors que l'Afrique aurait besoin de tripler sa production alimentaire d'ici 2050 pour nourrir sa population en hausse rapide.

Le sujet n'est pas à l'ordre du jour officiel du sommet de l'ONU sur le développement durable Rio+20 du 20 au 22 juin, mais il y sera porté par les ONG. Car les doléances ne se limitent pas aux dégâts écologiques causés par la captation de vastes étendues arables: déforestation, épuisement des sols et de la ressource en eau.

De Madagascar au Liberia, en passant par le Mozambique, le constat est le même: les contrats sont opaques, les terres bradées, les populations sont peu ou pas consultées, parfois déplacées, incapables de se défendre en cas de conflit, les retombées locales sont insuffisantes et la terre est accaparée pour des projets qui ne voient pas le jour ou sont abandonnés.

"Les acquisitions récentes de terres au Cameroun semblent toutes être choquantes, à la fois par leur ampleur, les prix extrêmement bas (jusqu'à un demi-dollar par hectare et par an), par leur durée inhabituelle dans nos pays (jusqu'à 99 ans) et par leur caractère secret", explique Samuel Nguiffo, secrétaire général du Centre pour l'environnement et le développement, une ONG.

Au Liberia, la moitié des terres arables a été ainsi aliénée à des étrangers, posant aux riverains des problèmes d'accès à la nourriture et à un revenu, selon le Centre international de l'université américaine de Columbia pour la résolution des conflits (CICR).

En décembre, la présidente Ellen Johnson Sirleaf a admis "des erreurs" après des violences autour d'une concession de 220.000 hectares accordée en 2009 à un groupe malaisien, Sime Darby, pour planter des palmiers à huile et de l'hévéa.

L'Afrique abrite environ 60% de terres non cultivées du monde, ce qui en fait une région clé pour la sécurité alimentaire de la planète.

Et des pays comme le Bangladesh encouragent explicitement l'achat de terres pour nourrir ses 150 millions d'habitants. Des entreprises du Bangladesh ont ainsi conclu des accords pour du riz en Ouganda et en Tanzanie.

Mais en Gambie, le gouvernement s'est refusé à céder des terres après les violences qui ont eu lieu en 2011 au Sénégal voisin. Un projet privé italien de production de biocarburants à partir de 20.000 hectares de patates douces (Senethanol) a provoqué des heurts entre habitants à Fanaye (nord), faisant deux morts et une vingtaine de blessés avant d'être gelé par l'Etat.

Seuls 8,5% des terres en Afrique sont cultivées et 5,4% irriguées, selon des données de la FAO de 2009.

Mais plutôt que de céder aux sirènes de l'agro-industrie, les associations estiment qu'il vaudrait mieux soutenir les agriculteurs locaux avec des semences, de meilleures infrastructures de stockage ou de transport pour éviter qu'une partie de la production ne pourrisse sur pied.

Au Gabon, c'est le contrat avec Olam, une multinationale de Singapour qui fait polémique.

Il prévoit l'émergence d'une industrie de transformation du bois, avec des emplois à la clé, mais aussi l'occupation de dizaines de milliers d'hectares de terres pour produire des palmiers à huile et de l'hévéa, où poussaient auparavant cacao, café et bananes.

Or, s'insurge Marc Ona, de l'ONG Brain Forest, "le Gabon importe l'essentiel des produits alimentaires du Cameroun voisin".

"Face au défi de la sécurité alimentaire, le choix s'est plutôt orienté vers l'agro-industrie avec l'attribution dans des conditions illégales, sans cadre juridique approprié, de plus de 300.000 hectares de terres arables", dit-il.

Même au Mozambique, pays immensément étendu où seul un sixième des terres arables sont cultivées et où le jatropha est cultivé pour faire du biodiesel, l'association Justica Ambiental estime que les investissements étrangers "créent des conflits, aggravent la pauvreté et la vulnérabilité des populations rurales".

© 2012 AFP
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr