Le Brésil, pays hôte de la conférence de l'Onu sur le développement durable, a pris la main samedi en proposant aux délégués un projet réduit de document final pour sortir du bourbier des négociations qui s'éternisent.
Le Brésil, pays hôte de la conférence de l'Onu sur le développement durable, a pris la main samedi en proposant aux délégués un projet réduit de document final pour sortir du bourbier des négociations qui s'éternisent.

© 2012 AFP

Le Brésil, pays hôte de la conférence de l'Onu sur le développement durable, a pris la main samedi en proposant aux délégués un projet réduit de document final pour sortir du bourbier des négociations qui s'éternisent.

Les délégués, qui travaillent depuis cinq mois à un accord global sur la préservation de la planète et l'éradication de la pauvreté, sont poussés par l'urgence, à trois jours de l'arrivée des chefs d'Etat et de gouvernement pour un sommet qui commence le 20 juin.

Les négociations conduites par l'Onu devaient s'achever vendredi mais à minuit passé, quand les délégués ont quitté la salle, ils n'étaient d'accord que sur 38% d'un texte de 81 pages qui n'enthousiasmait personne. On se remémorait alors le sommet de Copenhague sur le changement climatique de 2009, où les chefs d'Etat et de gouvernement avaient trouvé à leur arrivée un texte plein de trous et de problèmes non résolus, et avaient dû rapidement en bricoler un autre.

En prenant les commandes, au milieu de la nuit, le ministre brésilien des Affaires étrangères Antonio Patriota a assuré que le texte serait bouclé le 18 juin.

Dans l'après-midi, les délégués disposaient d'un nouveau projet en 56 pages, une version "consolidée" de l'ancien, d'où avaient disparu les points de vue divergents présentés entre crochets. "Le texte a beaucoup maigri", a relevé M. Patriota.

"Nous avons signalé aux délégations que nous devons entrer dans une dynamique nouvelle, chercher les convergences, nous concentrer sur les questions vraiment cruciales, pour conclure le texte en temps voulu", a indiqué le ministre.

"Les Brésiliens ont choisi, avec leur jugement politique, de faire un texte équilibré", s'est réjoui Nikhil Seth, directeur de la division du développement durable à l'ONU, devant la presse.

Il reste cependant plusieurs points de désaccord, dont l'un des principaux est l'idée de "responsabilités communes mais différenciées", lancée au Sommet de la Terre de 1992, qui donne moins de devoirs aux pays en développement qu'aux autres, et qu'ils veulent conserver.

Les Occidentaux la considèrent comme dépassée, dans la mesure où "certains pays ayant les plus grosses économies et étant les plus gros consommateurs de ressources sont dans le groupe des pays en développement", comme l'a souligné Todd Stern, envoyé spécial américain pour le changement climatique, lors d'une conférence de presse téléphonique.

Autre point de blocage, celui des moyens à mettre en oeuvre pour passer à une économie verte. "La responsabilité principale repose sur les pays développés, qui doivent garantir le financement et le transfert de technologie, ils doivent assumer leur dette écologique et leur responsabilité historique", a souligné Anayansi Rodríguez, représentant de Cuba.

En revanche, une solution semblait en vue pour "l'économie verte", un concept vague qui divise même les ONG et qui serait abandonné au profit de l'expression moins normative de "politiques d'économie verte", qui laisse plus de liberté pour l'appliquer.

Dans une interview téléphonique pour le blog AFP (blogs.afp.com/geopolitique), Jeffrey Sachs, directeur de l'Institut de la Terre à l'Université Columbia à New York, manifestait son inquiétude, estimant qu'"on a perdu 20 ans depuis le Sommet de la Terre de 1992". Aucune des trois conventions signées alors à Rio, sur le changement climatique, sur la biodiversité et sur la désertification, "n'a atteint son but", et dans ces trois domaines "la situation est pire qu'il y a 20 ans", a-t-il dit.