Des étudiants en BTS ont fait rouler jeudi sur le circuit de Nogaro dans le Gers, au pays de la volaille, un véhicule hybride fonctionnant à l'électricité, au gazole et à la graisse de canard, ont indiqué leur chef de travaux et leur partenaire
Des étudiants en BTS ont fait rouler jeudi sur le circuit de Nogaro dans le Gers, au pays de la volaille, un véhicule hybride fonctionnant à l'électricité, au gazole et à la graisse de canard, ont indiqué leur chef de travaux et leur partenaire - Michal Cizek afp.com

Des étudiants en BTS ont fait rouler jeudi sur le circuit de Nogaro dans le Gers, au pays de la volaille, un véhicule hybride fonctionnant à l'électricité, au gazole et à la graisse de canard, ont indiqué leur chef de travaux et leur partenaire.

Baptisé MirS3D - pour Mirepoix, la ville ariégeoise des étudiants, et S3D, le bureau d'études nantais auquel ils sont associés -, l'engin participait avec des dizaines d'autres de France et de l'étranger au Challenge EducEco sur le circuit de Nogaro.

Cette compétition met aux prises des étudiants qui ont travaillé pendant des mois avec leurs enseignants pour mettre au point de drôles d'engins les moins gourmands possibles en énergie.

A Nogaro, MirS3D était plutôt en démonstration qu'en compétition, a expliqué Jean-François Callizo, chef de travaux qui a dirigé depuis septembre 18 jeunes de première année de BTS mécanique, électrique et microtechnique de la cité scolaire de Mirepoix autour de ce projet.

Cela n'a pas empêché la motorisation de bien se comporter, a rapporté Anthony Kerihuel, cofondateur et président de S3D, entreprise spécialisée dans la valorisation énergétique des déchets organiques.

C'est S3D qui a fourni le procédé d'alimentation en graisse animale: un moteur diesel utilisant 35% ou 40% de gazole, 65% ou 60% de graisse de canard selon les réglages alimente une génératrice électrique qui charge les batteries propulsant le véhicule.

Si la technologie employant la graisse animale existait, c'est la première fois qu'elle utilisait la graisse de canard, ou plutôt la graisse de confit de canard, fournie par un producteur à moins de 40 kilomètres du circuit parce que l'idée est vraiment d'avoir une démarche locale, dit M. Kerihuel.

Et c'est bien parce que tout cela se passe dans le Gers que le choix s'est porté sur la graisse de canard, dit M. Callizo.

S3D n'a pas eu à le regretter: sur le circuit, la graisse de canard s'est montrée "de très bonne qualité, elle a la particularité d'être plus fluide à température ambiante qu'une graisse de porc ou de boeuf, on a donc moins de contraintes de viscosité", s'est réjoui M. Kerihuel.

Mots-clés :