Illustration crèche.
Illustration crèche. - WITT/SIPA

Audrey Chauvet

Il n’y a pas d’âge pour apprendre à être écolo: des ateliers jardinage pour les tout-petits aux conseils pratiques pour les parents, les crèches peuvent jouer un rôle dans la sensibilisation au respect de la nature. Partant de cette idée, Claire Escriva, écotoxicologue et directrice de l’Atelier méditerranéen de l’environnement, a lancé en 2006 à Marseille (Bouches-du-Rhône) la démarche Ecolo crèche, qui a très vite essaimé partout en France avec le soutien de la Fondation Nicolas Hulot. Un label, dont les critères ont été officiellement signés ce mercredi par les partenaires du projet, permet désormais de distinguer les crèches engagées pour l’écologie.

Les mains dans la terre plutôt que dans le plastique

Dans ces cinquante crèches, les bambins sont sensibilisés dès le plus jeune âge au respect de l’environnement. Des ateliers jardinage ont remplacé les jeux en plastique et, pour les petits citadins, récolter des légumes que l’on a plantés soi-même est source d’émerveillement. «Les équipes développent leur créativité pour imaginer des activités, témoigne Lysiane Douine, coordinatrice de la petite enfance à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). Au lieu de prendre un catalogue et d’acheter du matériel, on réfléchit à ce qu’on peut faire avec ce que nous avons déjà.»

Dans les deux crèches de la ville qui ont adhéré à Ecolo crèche, deux jours par an sont dédiés à la conception du projet pédagogique, mais aussi à l’allègement de l’impact environnemental de la crèche. Tri des déchets, économies d’énergie, hygiène et entretien… Beaucoup de petits gestes peuvent permettre de moins polluer. «Nous avons considérablement réduit notre consommation d’électricité depuis que nous avons investi dans une machine à laver intelligente, se réjouit Laure Le Bihan, directrice de la crèche associative Le Petit Navire à Versailles (Yvelines). Nous travaillons aussi sur le bâtiment, un vieil hôtel particulier, pour mieux l’isoler.»

Couches lavables et produits d’entretien faits maison

La crèche parentale des Petits pois, dans le 2e arrondissement de Paris, a été conçue avec l’aide d’Ecolo crèche. «Nous étions un groupe de parents avec beaucoup de rêves dans la tête, raconte Julie Blanc, membre de l’association qui gère cette crèche ouverte en mai 2011. On voulait des couches lavables, de l’alimentation bio, des produits d’entretien écolo...» Avec les conseils des onze professionnelles d’Ecolo crèche, les Petits pois sont aujourd’hui bien verts: les parents participent tous au lavage des couches, les employés ont suivi une formation pour fabriquer des produits d’entretien à base d’essences naturelles  et une cuisinière concocte de bons petits repas bio.

Aucune inquiétude du côté des parents: les pratiques vertes des crèches ont toutes été validées par les médecins de la protection maternelle et infantile (PMI), et les prix n’ont pas augmenté. «Il en est hors de question!», réagit Lorène Godart, ingénieur qualité environnementale d’Ecolo crèche, qui planche actuellement sur un projet de mesure et d’amélioration de la qualité de l’air. «Le développement durable doit être accessible à tous en termes de tarifs et de compréhension», est-elle convaincue.