Le retour des écoliers de Kawauchi dans leur école, située près de la centrale de Fukushima, au Japon, a été marquée par une cérémonie officielle le 6 avril 2012.
Le retour des écoliers de Kawauchi dans leur école, située près de la centrale de Fukushima, au Japon, a été marquée par une cérémonie officielle le 6 avril 2012.

Audrey Chauvet

Kawauchi, Tamura et Minamisoma: trois villes situées dans la zone évacuée après la catastrophe de Fukushima, en mars 2011, sont en cours de repeuplement. Fin janvier, les autorités locales ont annoncé aux anciens habitants qu’ils pouvaient regagner leurs domiciles, pour ceux situés juste au bord du périmètre interdit de 20km autour de la centrale nucléaire. Les écoles de Kawauchi ont officiellement rouvert début avril, après un voyage du maire, Yuko Endo, en Ukraine, à Prypiat, ville-fantôme depuis l’accident de Tchernobyl en 1986.

Lors de la cérémonie d’accueil des élèves à l’école de Kawauchi, Yuko Endo a insisté sur sa volonté de ne pas devenir une ville fantôme et a encouragé les familles, qui craignent encore les radiations, à se concentrer sur «les choses qui comptent, comme l’école et le foyer». A l’heure actuelle, seulement un habitant sur cinq environ est revenu à Kawauchi.

Dans les prochaines semaines 16.000 des 100.000 personnes évacuées seront autorisés à regagner leurs maisons, mais les taux de radiations restent élevés dans la zone et les travaux de décontamination sont encore en cours. Toutefois, les 0,114 à 0,16 microsieverts qui ont été mesurés aux alentours des écoles sont inférieurs à la limite de 0,23 microsieverts par heure fixée par le gouvernement.