Un employé de Tepco subit un test de radiations après une intervention dans la centrale de Fukushima, le 20 février 2012.
Un employé de Tepco subit un test de radiations après une intervention dans la centrale de Fukushima, le 20 février 2012. - Pool for Yomiuri/AP/SIPA

Audrey Chauvet

Quelques années d’angoisse s’annoncent pour les Japonais exposés, de près ou de loin, à la radioactivité. Après la catastrophe de Fukushima, les éléments radioactifs qui se sont propagés dans l’atmosphère ont mis en danger la population, qui a ensuite cohabité avec les dépôts qui se sont formés dans les sols. Sans compter les doses radioactives qui ont pu être absorbées via les aliments et qui n’ont pas été prises en compte par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) qui a présenté, fin février, un bilan sanitaire de la catastrophe.

Un suivi médical pendant trente ans

Selon les données de l’IRSN, une dose efficace de 10 millisievert (mSv) aurait pu être reçue jusqu’à 40km au sud de la centrale de Fukushima pendant la période de rejets, quelques jours après le tsunami. C’est déjà dix fois plus que la dose maximale admissible en France, et les émissions régulières de petites doses de radioactivité pendant les mois qui ont suivi n’ont pas été comptabilisées. A l’intérieur de la zone évacuée de 20km autour de la centrale, la dose serait montée à 50mSv. Mais «en dessous de 100mSv, nous n’avons pas de preuve d’un lien de cause à effet avec les maladies», affirme Jean-René Jourdain, adjoint à la direction de la protection de l’homme à l’IRSN.

Depuis juin 2011, les autorités japonaises ont mis en place des études épidémiologiques pour évaluer l’état de santé des personnes qui ont été exposées aux radiations dans la région de Fukushima. A la lumière des suites de Tchernobyl, les médecins savent que certaines pathologies sont susceptibles de se déclarer: cancers, en particulier de la thyroïde, leucémies, troubles rénaux, diabètes… «Les cancers de la thyroïde mettent au moins cinq ans à apparaître», précise Jean-René Jourdain. Un suivi médical et psychologique sera assuré pendant trente ans pour les populations exposées.

Maladies génétiques et cancers sous surveillance

Les deux millions de personnes qui se trouvaient dans la préfecture de Fukushima en mars 2011 seront interrogées pour évaluer leur état de santé et les doses qu’elles ont reçues. Les 210.000 personnes évacuées seront soumises à des bilans médicaux spécifiques, biologiques et psychologiques et les enfants des quelque 20.000 femmes qui étaient enceintes au moment de la catastrophe feront l’objet d’un suivi particulier afin de détecter des anomalies génétiques et congénitales. Enfin, les 360.000 enfants vivant dans la préfecture de Fukushima passeront des échographies de la thyroïde, tous les deux ans jusqu’à leurs 20 ans, puis tous les cinq ans. «Le but est de pouvoir diagnostiquer les cancers le plus tôt possible pour les traiter», explique Jean-René Jourdain.

Pour les travailleurs de la centrale en revanche, pas besoin d’attendre si longtemps, même si l’IRSN se refuse à établir un lien de cause à effet entre l’exposition à la radioactivité et les six décès qui ont eu lieu. Sur les six personnes décédées, Tepco, l’exploitant de la centrale, affirme que deux ont péri pendant le tsunami, deux d’arrêt cardiaque (en mai 2011 et janvier 2012), une de leucémie aigüe en août 2011 et la dernière d’un choc septique en octobre 2011. «La leucémie aigüe ne peut pas être attribuée à l’accident, car elle serait arrivée plus tard, soutient Jean-René Jourdain. Seul le choc septique peut être lié à un effondrement des défenses immunitaires dû à la radioactivité.» Les associations de familles de Fukushima n’ont pas fini de se battre pour faire reconnaître leurs souffrances.