Un saumon d'élevage en Ecosse.
Un saumon d'élevage en Ecosse.

Audrey Chauvet

Une violente tempête s’est abattue pendant la semaine de Noël sur les îles Shetland, au nord de l’Ecosse. Les vents dépassant les 100km/h ont détruit onze cages d’une ferme d’élevage de saumons, laissant s’échapper dans la nature 300.000 poissons. Près d’un mois plus tard, les cages ont pu être reconstituées mais les fugitifs inquiètent les pêcheurs, rapporte le New York Times.

Car le patrimoine génétique des saumons d’élevage est moins varié que celui des saumons sauvages, plus aptes de ce fait à s’adapter aux variations du climat ou de leur milieu. Des croisements pourraient appauvrir considérablement les gênes des poissons sauvages, qui deviendraient ainsi plus sensibles aux maladies. D’autant plus que les saumons d’élevage emmènent souvent avec eux des bactéries ou des parasites, comme les poux de mer, contre lesquels les saumons sauvages ne sont pas immunisés.

Des «ravages»… si les saumons d’élevage survivent dans la nature

D’après l’association Blue Planet Society, «il y a une forte probabilité pour que 300.000 saumons nagent dans l’Atlantique Nord, faisant des ravages dans l’écosystème marin». Toutefois, un porte-parole du gouvernement écossais relativise: il a expliqué que les animaux habitués à être nourris par les hommes pourraient être nombreux à mourir rapidement sans leur ration journalière de croquettes. Les assureurs de la ferme et la marine écossaise sont en cours d’investigation pour évaluer les dommages causés à la population de saumons sauvages, même s’ils seront très difficiles à mesurer.

L’Ecosse est le troisième producteur de saumons d’élevage, après la Norvège et le Chili. En 2010, 154.000 tonnes de saumons écossais ont été produits, pour une valeur de plus de 600 millions d’euros.