Pollution de l'air en ville: Et si planter des arbres était la solution?

6 contributions
Publié le 30 novembre 2011.

ENVIRONNEMENT - La ville de Londres espère se débarrasser des particules fines en plantant des arbres...

Les arbres seraient-ils la solution aux pics de pollution? Selon une étude de l’université de Southampton, en Grande-Bretagne, les arbres plantés dans la région de Londres permettraient d’éliminer entre 850 et 2.000 tonnes de particules fines (PM10) par an.

Pins et chênes verts efficaces pour lutter contre la pollution

Si on connaissait la capacité des arbres à capter le dioxyde de carbone de l’atmosphère, l’absorption des particules de pollution émises par les gaz d’échappement ou les chauffages urbains est une découverte: «Les arbres ont évolué pour capter le dioxyde de carbone de l'atmosphère, ainsi, il n'est pas surprenant qu'ils puissent aussi éliminer d'autres polluants, explique le professeur Gail Taylor, l'un des auteurs de l'étude. Les arbres à feuillage persistants sont exposés à davantage de pollution et ont une meilleure capacité d'absorption.»

Pins ou chênes verts seraient donc à privilégier en ville: les particules de poussière s’accrochent à leurs feuilles en raison de leur forme. «Après déposition, une partie de la poussière reste agglutinée. Une autre partie se détache à nouveau de la feuille en cas de vent assez fort ou elle est rincée et évacuée par l’eau de pluie. Dès son arrivée au sol, la particule de poussière peut être emportée par l’eau de ruissellement dans le caniveau ou se coller au sol où elle est stockée plus longtemps», explique une étude de l’interprofession française de l’horticulture.

Un plan particules en France pour limiter les pics de pollution

Mais les effets sont encore minimes: ce ne sont que 0,7% à 1,4% des émissions de PM10 qui sont absorbées par les arbres londoniens. Selon les estimations des scientifiques, il faudrait que 30% de la région londonienne, contre 20% actuellement, soit recouverte d’arbres pour absorber jusqu’à 2,6% des particules fines.

Le plan particules, lancé en France en juillet 2010, veut plutôt prendre le problème en amont: en interdisant le brûlage des déchets verts à l’air libre ou en expérimentant des zones d’actions prioritaires dans les villes (Zapa) où la circulation automobile sera restreinte, le Conseil national de l’air espère réduire de 30% les émissions de particules fines d’ici à 2015. Un défi, alors que le mois de novembre a connu d’importants pics de pollution aux particules fines dans les régions de Lyon et de Paris en novembre.

Audrey Chauvet
Mots-clés
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr