Quand manger devient un acte militant

5 contributions
Publié le 21 novembre 2011.

CONSOMMATION - Cinq associations se sont rassemblées pour lancer une campagne intitulée «Goûtons un monde meilleur», où comment remettre de l'éthique et de l'écologie dans son assiette...

Manger lentement peut sauver la planète. En tout cas, prendre le temps de choisir des produits locaux, bio, équitables, de les cuisiner soi-même et de les déguster en quantité raisonnable pourrait être une nouvelle manière de consommer, en réaction à la «junk food» et aux plats cuisinés industriels. Une autre vision de la société que veulent porter cinq associations, le WWF, le mouvement Slow Food, le Réseau environnement santé (RES), le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) et Max Havelaar, qui se sont associées pour lancer la campagne «Goûtons un monde meilleur», présentée le week-end dernier au salon EuroGusto à Tours.

Local ou équitable, un panier plus responsable

Adhérer à une Amap, acheter bio, devenir végétarien?... Manger pourrait devenir un casse-tête pour celui qui veut préserver l’environnement, prendre soin de sa santé et soutenir les petits producteurs. Sur le site «Goûtons un monde meilleur», les enjeux de notre alimentation sont résumés dans un guide pratique qui donne quelques clés pour devenir un gourmand responsable.

Premier geste simple: diversifier ses repas. Avec des produits artisanaux et des fruits et légumes de variétés anciennes, par exemple, et en testant les produits locaux. Le collectif recommande de fréquenter les marchés, épiceries paysannes, ventes à la ferme… pour y dénicher des produits frais, de saison, qui n’auront pas parcouru des kilomètres avant d’arriver dans votre assiette et auront donc limité leur empreinte carbone. En termes de qualité nutritionnelle, c’est aussi un plus: pas de conservateurs, d’insecticides de stockage ou d’additifs aux noms barbares. Pour le café, le chocolat, le thé, et tous les produits qui ne poussent pas sous nos latitudes, le collectif recommande les produits issus du commerce équitable, qui assurent une rémunération minimale aux producteurs.

Du bon sens et des bons goûts

Pour ceux qui fréquentent toujours les rayons des supermarchés, le collectif conseille d’apprendre à lire les étiquettes: informations nutritionnelles pour la santé ou allégations environnementales, le choix des produits est un moyen «d’utiliser mon pouvoir de consommateur, celui d’influer sur le marché et donc sur les pratiques de production», écrivent les associations. Enfin, ne pas se laisser tenter par les offres promotionnelles superflues évite de gaspiller de la nourriture et de charger nos poubelles en emballages.

Avec ces quelques conseils simples, qui visent à rétablir le lien entre un produit naturel, un paysan et un consommateur, les associations unies dans «Goûtons un monde meilleur» espèrent remettre un peu de bon sens et de bons goûts dans nos assiettes.

A.C.
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr