Le datacenter de Facebook à Lulea en Suède sera construit sur ce modèle.
Le datacenter de Facebook à Lulea en Suède sera construit sur ce modèle.

Anaëlle Grondin

En avril dernier, Greenpeace blâmait Facebook, qui avait choisi d’implanter un centre de données à Prineville dans l’Oregon (Etats-Unis). Un Etat qui utilise encore beaucoup le charbon pour produire son électricité, alors que les centres de données sont très gourmands en énergie. Ces locaux fonctionnent ainsi principalement grâce au charbon. Le réseau social aurait-il aujourd’hui pris en compte cette critique?

D’après le Telegraph, le réseau social est en train de construire un datacenter «propre», qui sera aussi son premier centre de données en Europe. Facebook a choisi de l’implanter dans un endroit stratégique: au nord de la Suède, dans une ville de 50.000 habitants qui s’appelle Luleå. Trois serveurs de 28.000 mètres carrés chacun sont prévus, soit une zone pouvant contenir onze terrains de football.

«Un climat favorable au refroidissement» des serveurs

«Après une étude rigoureuse de sites à travers l’Europe, nous avons conclu que Luleå offrait la meilleure offre de ressources, dont un climat favorable au refroidissement (des installations) par l’environnement» et «des ressources énergétiques propres», a justifié Facebook ce jeudi au moment de présenter ce projet, selon la Tribune de Genève. Par ailleurs, un des responsables du pôle d'entreprises technologiques de la ville suédoise, Mats Engman, détaille au Telegraph: «Si vous prenez les statistiques, la température n’a pas dépassé les 30°C pendant plus de 24 heures depuis 1961. Et la température moyenne est d’environ 2°C». 

Malgré tout, l’air ne fera pas tout. Pour fonctionner, le centre de données nécessitera beaucoup d’énergie, notamment pour l’électricité. Luleå possédant un fleuve éponyme où est installé un barrage hydraulique, Facebook pourra bénéficier d’une énergie renouvelable, a précisé le réseau social. Son data center ouvrira ses portes dès l’année prochaine, mais ne sera pleinement opérationnel qu’à partir de 2014.

Google a montré l’exemple

Le réseau social aux 800 millions d’utilisateurs emboîte le pas à Google, connu pour son utilisation depuis plusieurs années déjà des énergies renouvelables (solaire, éolien…). La firme de Mountain View possède déjà des centres de données dans un autre pays scandinave, la Finlande, pour des raisons similaires.