Des vins biologiques vendus dans une coopérative.
Des vins biologiques vendus dans une coopérative. - AFP PHOTO MYCHELE DANIAU

A.C.

Encore plus cher et surtout plus rare dans les rayons des grandes surfaces ou chez les cavistes que le vin «conventionnel», le vin bio peine à trouver une place sur les tables des Français selon un étude réalisée par l’AIVB-LR (Association interprofessionnelle des vins biologiques du Languedoc-Roussillon). Pourtant, c’est dans la viticulture que les conversions au bio sont les plus nombreuses en France: avec 50.268 hectares de vignes bio en 2010 contre 39.000 en 2009, le vignoble bio a progressé de 28% en un an. Mais le consommateur, lui, n’est pas encore complètement converti à la bouteille bio.

Le prix, toujours un obstacle à l’achat

Si 83% des Français déclarent avoir déjà entendu parler du vin bio, seulement 43% estiment savoir précisément de quoi il s’agit. A la télévision, dans les grandes surfaces ou par leur entourage, les Français ont eu écho de ce nouveau type de vin qui gagne peu à peu les rayonnages, mais seul un peu plus d’un tiers de ceux qui en ont entendu parler sont ensuite passés à l’acte. D’après l’étude,  39% des personnes ayant entendu parler du vin bio en consomment régulièrement ou de temps en temps. Les plus de 35 ans et les foyers dont les revenus sont les plus élevés sont les plus importants consommateurs de vin bio.

>> Tout savoir sur le vin bio par ici

Le prix reste en effet un des principaux freins à l’achat de vin bio: pour 75% des Français, il est plus cher qu’un vin «non bio» et cela bloque l’achat pour 38% des personnes interrogées. «A ce sujet, il serait intéressant de mettre en regard le prix moyen d’une bouteille de vin bio et les sommes que les répondants déclarent dépenser pour l’achat d’une bouteille de vin non bio (entre 6 et 17 euros), précisent les rédacteurs de l’étude. Les interviewés pourraient ainsi s’apercevoir qu’il est tout à fait envisageable d’acheter une bouteille de vin bio avec les montants qu’ils consacrent à l’achat d’une bouteille de vin non bio». En moyenne, les Français qui achètent du vin bio dépensent 10,60 euros pour une bouteille contre 9,60 pour une bouteille de vin non bio.

50% des Français déclarent toutefois que c’est simplement parce qu’ils «n’ont pas le réflexe ou l’habitude d’en acheter» qu’ils ne choisissent pas les bouteilles bio, mais reconnaissent à 70% que le vin bio «est respectueux de l’environnement» et «respectueux du producteur (revenus, santé,…)» à 51%.

>> Et vous, achetez-vous du vin bio? Le trouvez-vous trop cher? Dites-le nous dans les commentaires.