Les éoliennes gagnent du terrain sur les docks de l'immense de port de Hambourg, en Allemagne.
Les éoliennes gagnent du terrain sur les docks de l'immense de port de Hambourg, en Allemagne. - Ville de Hambourg

La sortie du nucléaire annoncée par Angela Merkel en mai dernier ne fait pas peur aux habitants de la région de Hambourg, dans le nord de l'Allemagne. Depuis 2007, ils ont la possibilité de consommer de l’électricité 100% verte et produite au cœur de leur ville-région sur l'estuaire de l'Elbe, un emplacement venté idéal pour faire tourner des éoliennes.

 

Environ 10% de la population consomme de l’énergie verte

Privilège de l'organisation fédérale du pays, chaque Land allemand peut choisir de s'approvisionner en énergie comme il l'entend. En 2007, la région de Hambourg a racheté le contrat d’approvisionnement en électricité détenu par l’entreprise privée Vattenfall. Depuis, c’est un organisme public, Hamburg Energie, qui fournit la ville en électricité 100% renouvelable et locale, sans charbon ni nucléaire.

«10 à 12% de la population de Hambourg s’approvisionne chez nous, explique Robert Lachmann, commercial chez Hamburg Energie. Le prix de vente de l’électricité est le même que celui de nos concurrents qui utilisent du nucléaire. Les profits que nous réalisons sont réinvestis dans la construction de nouvelles unités de production d’électricité.»

«La mentalité a changé après Fukushima»

Les éoliennes et les panneaux solaires fleurissent dans la ville, sur les docks ou sur des sites plus insolites, comme la colline de l'île Wilhelmsburg où les fuites d'une ancienne décharge avaient contaminé les sols dans les années 1970. La colline a été dépolluée et est aujourd'hui transformée en un site propre dédié à la production d'électricité: panneaux solaires et éoliennes y ont remplacé les amas de déchets.

A Hambourg, la population ne s’est jamais opposée à l’implantation d’éoliennes. «La mentalité a changé avec les alertes sur le changement climatique et Fukushima, poursuit Robert Lachmann. Les gens ne râlent plus d’avoir une éolienne dans leur jardin». Preuve de ce changement, Hamburg Energie a enregistré environ 100 nouveaux clients par jour dans les semaines qui ont suivi la catastrophe de Fukushima. 

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé