Abeilles dans une ruche.
Abeilles dans une ruche. - MYLLYNEN/LEHTIKUVA OY/SIPA

A.C.

Il y aurait bien une incompatibilité d’antennes entre les abeilles et les réseaux de téléphonie mobile. Selon une étude du biologiste suisse Daniel Favre publiée dans la revue Apidologie, les ondes émises par les téléphones portables pourraient perturber le comportement des abeilles.

En plaçant deux téléphones sous une ruche, Daniel Favre a observé que les communications influaient sur les bruits émis par les abeilles. Vingt à quarante minutes après la mise en marche des téléphones, les insectes ont commencé à émettre des sons aigus, comme pour appeler à la fuite. A l’inverse, les abeilles sont redevenues calmes seulement deux minutes après que les chercheurs aient éteint les portables.

Pas de lien prouvé entre ondes et mort des abeilles

Même si les abeilles n’ont pas fui la ruche-test, Daniel Faivre pense que les ondes électromagnétiques pourraient avoir «de graves conséquences sur la disparition des colonies» d’insectes. Toutefois, sa démonstration ne semble pas suffisante pour convaincre les experts: aucune preuve ne permet d’établir un lien entre les ondes et la mort des abeilles.

Déjà évoquée dans un rapport de l’Affssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) en 2009,  l’influence des champs électriques et magnétiques ne semble pas être le facteur principal de leur disparition. A côté des pesticides, de la disparition des fleurs qui nourrissent les insectes et des parasites comme le varroa, les téléphones portables ne semblent pas être le principal souci des abeilles, dont la surmortalité depuis une dizaine d’années inquiète les apiculteurs.