Capture d'écran du site de Greenpeace: campagne contre Facebook pour l'utilisation d'énergies renouvelables. 
Capture d'écran du site de Greenpeace: campagne contre Facebook pour l'utilisation d'énergies renouvelables.  - www.greenpeace.org

© 2011 AFP

Des militants de l'organisation écologiste Greenpeace ont manifesté mercredi devant le siège du site internet Facebook, en Californie, pour l'appeler à renoncer à l'énergie issue du charbon pour lui préférer l'énergie verte. «Nous voulons qu'ils cessent d'être «amis» du charbon et qu'ils «aiment» l'énergie verte», a déclaré un porte-parole de Greenpeace, Daniel Kessler, en reprenant la terminologie des amateurs du réseau social. «Nous pensons que de nombreux d'employés de Facebook seront d'accord avec nous, alors on essaie de les recruter», a-t-il ajouté.

38% d’électricité en moins, pas assez pour Greenpeace

Un grand écran avait été installé pour afficher les commentaires d'internautes en réponse à un message de Greenpeace posté sur sa page Facebook. Cette action intervient alors que Facebook a annoncé la semaine dernière qu'il avait conçu une nouvelle architecture de centres de données, consommant 38% d'électricité de moins que ce qui se fait habituellement. Ce système a été retenu pour un nouveau centre prévu à Prineville, dans l'Oregon (nord-ouest des Etats-Unis).

«Leur économie d'énergie est fantastique», a convenu Daniel Kessler, «mais ça ne suffit pas». Selon lui, Facebook «doit s'inquiéter (de la consommation) de charbon», car «si nous n'arrêtons pas de brûler du charbon, nous n'allons pas arrêter le changement climatique». Facebook, sollicité par l'AFP, n'a pas commenté cette action de Greenpeace.