Le bisphénol A est présent dans de nombreux plastiques alimentaires.
Le bisphénol A est présent dans de nombreux plastiques alimentaires. - SIPA

© 2011 AFP

Le collectif «Appel de la jeunesse», qui regroupe des associations étudiantes concernés par les liens entre santé et environnement, a lancé jeudi à proximité de l'Assemblée nationale sa campagne «Générations cobayes, non merci», en demandant «Stop BPA» (bisphénol A). «Nous ne voulons plus être exposés à la pollution chimique à notre insu, nous ne voulons plus faire partie des générations cobayes», ont estimé les participants à un happening, qui ont obtenu le soutien de plusieurs députés.

OGM, pesticides, nanomatériaux ou ondes électromagnétiques dénoncées

Des associations - le Réseau environnement santé, le Criigen (génie génétique), le Criirem (Rayonnements électro-magnétiques non ionisants), WWF, Générations futures - soutiennent cette campagne qui visera ensuite les OGM, les pesticides, les nanomatériaux, les ondes électromagnétiques... Les jeunes militants ont estimé, vu les preuves scientifiques de la toxicité du BPA, que l'interdire dans les plastiques alimentaires «est un principe de prévention».

Le BPA est un composé chimique que l'on trouve dans le polycarbonate, un plastique transparent employé notamment dans des contenants alimentaires tels que les bouilloires, bonbonnes d'eau, revêtements intérieurs de boîtes de conserve ou canettes, ainsi que dans des amalgames dentaires. En France le Parlement a interdit en juin la fabrication et la commercialisation de biberons contenant du bisphénol A.