Un saumon d'élevage en Ecosse.
Un saumon d'élevage en Ecosse. - CLOPET/SIPA

A.C.

Quand les Chinois veulent manger du saumon fumé, ils vont directement le commander, dans les quantités nécessaires, aux producteurs. La visite de Li Keqiang, le vice-Premier ministre chinois, en janvier en Ecosse a fait des remous parmi les pêcheurs de saumon sauvage. Alors que la production de saumon d’élevage devrait connaître une embellie avec les commandes chinoises, les saumons sauvages pourraient être victimes de parasites développés dans les fermes et disparaître.

Une «calamité» niée par le gouvernement et l’industrie?

«Si seulement 1% des Chinois veulent du saumon écossais, notre production devra être doublée», se réjouissait face à son homologue chinois Alex Salmond, le premier ministre écossais.  Pour fournir tout ce poisson, il faudra inévitablement augmenter la production de saumon d’élevage, ce que les pêcheurs de saumon sauvage ont tout de suite dénoncé. Selon eux, plus les fermes sont grosses, plus le risque de contamination des poissons sauvages avec des poux développés par les poissons en cage est grand.

«Les cages regroupant des centaines de milliers de saumons sont un lieu de développement pour des millions de poux de mer, explique Andrew Flitcroft, rédacteur en chef du magazine Trout and Salmon. Pour les éliminer, les éleveurs utilisent des produits chimiques très toxiques», décrit-il dans une tribune publiée par The Guardian.

Les saumons sauvages sont victimes à la fois des poux et des produits chimiques. En descendant les rivières, ils passent dans des zones fortement contaminées par les poux de mer. Ces parasites, qui se nourrissent du saumon sur lequel ils se fixent, les dévorent petit à petit, laissant des plaies ouvertes qui bien souvent s’infectent et causent la mort des poissons. «C’est une calamité que l’industrie du saumon et le gouvernement écossais sont déterminés à nier», dénonce  Andrew Flitcroft.

Les Chinois ne veulent plus de saumon norvégien à cause du Prix Nobel

Les pêcheurs écossais demandent de véritables zones protégées pour les saumons sauvages, où ils seraient à l’abri des contaminations des fermes. Le gouvernement assure de son côté avoir sécurisé les élevages et travailler sur les interactions entre saumons d’élevage et saumons sauvages.

La Chine achète 10.000 tonnes de saumon par an et son appétit pour ce poisson augmente considérablement chaque année. Les exportations écossaises ont explosé depuis vingt ans (+500%) et le saumon représente 40% des exportations alimentaires du pays.  

La Norvège est le premier exportateur de saumon au monde, mais les Chinois ont tourné le dos au saumon norvégien en guise de  représailles à la suite de l’attribution du prix Nobel de la paix au dissident chinois Liu Xiaobo.